29/09/2004

Les quinze ans de Warp

Long live Warp, et que tes quinze prochaines années soient au moins aussi productives, jugez plutôt. Boards of Canada, Autechre, !!!, Broadcast, Sqaurepusher, Two Lone Swordsmen, Gravenhurst, n'en jetez plus, la discothèque est pleine de projets éclectiques, ambitieux et passionnants, le tout sans tomber dans les pires excès de l'expérimentalisme barbare.
 
Pour l'occasion, ils sortent un DVD, 'Warpvision: The Video 1989-2004', de quoi passer les longues soirées d'hiver en se gavant de leurs clips qui nous changent de  Christina A. en string et en tongs. Non mais!
 
Le lien vers leur site (pas top top le site, nobody's perfect)
http://www.warprecords.com/

10:59 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Keren Ann is back

Deux ans après le sublimissime 'La Disparition', la polyglotte franco-hollando-israëlienne ferera son apparition dans les bacs avec 'Nolita', nouvel album en forme de BOF fictive. Si tout cela est du même acabit que les productions précédentes de la demoiselle à la voix douce et brumeuse, cela nous promet bien des plaisirs charnels.

10:24 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour se coucher un peu moins idiot le soir

Lisons quotidiennement cet excellent blog que je viens de découvrir.
http://ubucasa.skynetblogs.be/

10:13 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2004

Iron & Wine - Our Endless Numbered Days

Artiste du dépouillement à la voix de velours, Sam Bean aka Iron & Wine mérite tout notre respect et je suis sûr que ceux qui ont assisté à son magnifique concert aux dernières Nuits Botanique partageront mon avis.
 
Et pourtant, rien de bien attirant a priori dans cette musique tout en retenue éloignée des standards d'un showbiz paillette, juste une vague impression de sympathie convenue lors des premières écoutes. Mais chemin faisant, ces douces mélodies discrètes n'ont fait qu'occuper une place de plus en plus centrale dans ma vie, à tel point qu'il figure déjà en bonne place dans mon classement de l'année 2004 (avec Animal Collective, Sonic Youth, Zeena Parkins/Ikue Mori, et j'en passe), même si ça et là, une chanson ou deux viennent un peu gâcher la fête ('Radio War')
 
Alliant à merveille la tendresse des soirées campagnardes au coin du feu à des accords de guitare doucereux (mais jamais sirupeux), la country-folk d'Iron & Wine, telle une femme fatale enrobée de mille couches de soie somptueuse, nous dévoile ses plus beaux atouts en un long effeuillage qui éveille tous nos sens. Et rien de tel que des plaisirs qui durent longtemps, longtemps, longtemps...
 
Iron & Wine - Our Endless Numbered Days (Sub Pop)

20:25 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/09/2004

Supersize Me de Morgan Spurlock

Que ceux qui ne sont jamais allés au  McDo lèvent le doigt, ils ont bien fait et le pamphlet de Morgan Spurlock ne ferea que les conforter dans leur opinion. Et c'est bien là le problème de ce film plaisant à suivre mais dont le contenu enfonce les portes ouvertes les unes après les autres.
 
Marchant dans les pas de Michael Moore par sa méthode bulldozer, Morgan le rigolo démontre que McDo est néfaste pour la santé (ah bon? quelle trouvaille), et il a cru bon de se fendre d'un film pour nous le prouver. Le problème, c'est qu'il nous prend pour des demeurés du bulbe et que sa démonstration cousue de fil blanc nous révèle quoi?
1) Que bouffer tous les jours au Mc Do fait grossir
2) Que c'est mauvais pour le cholestérol
3) Que ça agit sur l'humeur et le psyché.
4) Que McDo et les autres ciblent en priorité les mômes
5) Que McDo essaie de vendre le plus possible en proposant des menus Supersize
Je ne sais pas ce que vous en pensez mais à part peut-être pour le troisième point, ça ne valait pas la peine de payer 14 € les deux places pour découvrir ça.
 
A trop vouloir marteler son sujet, Morgan Spurlock indispose et nous fait (presque) prendre la malbouffe en pitié. Un BigMac quelqu'un?
 

21:29 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

25/09/2004

On Stage - Laura Veirs + COEM (Rotonde du Botanique)

Dans la langueur des soirées de septembre, certaines nuits sont plus belles que mes jours, et ce fut le cas hier soir au Bota. Ingrédients d'une soirée réussie.
 
Prenez un groupe limbourgeois qui vient de sortir un album, faites-le jouer dans une Rotonde convenablement remplie et laissez-vous emporter par leur énergie dynamique positive et second degré, dans la grande tradition du rock américain de la fin des sixties. Ajoutez en milieu de set un long climax angoissant à la Paris Texas, hélas suivi de quelques scories malvenues, pour aboutir à une finition épicée aux trombones et vous obtenez une pitance bien plus qu'honnête, en manque certes de personnalité profonde mais digne de garnir les estomacs les plus revêches.
 
Faites ensuite appel à une grande pretresse des fourneaux, aux saveurs délicatement parfurmées des grands espaces automnaux de l'americana, laissez-vous séduire par sa voix chaleureuse au legato séduisant, sa guitare aux accents Joan Baez, ses contines douces-amères et vous reparez subjugué, les yeux et le coeur touchés en plein centre par tant de générosité retenue.
 
En ce lendemain de fête enchantée, le souvenir de Laura Veirs me poursuit telle une obsession ravageuse, puisse cette sensation perdurer encore longtemps.

15:05 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

23/09/2004

Mendelson - Tout Refaire

Chanson qui me fait frémir l'échine dans un élan humaniste que bien de nos semblables n'approcheront jamais, poésie chaleureuse qui fait glisser sur nos carapaces d'indifférence des volutes de générosité tendre et nous entraîne dans un fol amour du genre humain, 'Tout Refaire' rassemble en un dosage noblement roturier la voix de Pascal Bouaziz et ses textes ciselés au fusain dramatiquement aiguisé, et l'orgue Hammond. Sous ses atours nonchalants jaillissent des étincelles de regrets et de joie mêlés, et le soir venu, l'esprit apaisé, tel qui a écrit pareille chanson peut scruter ses contemporains l'oeil satisfait, son passage sur terre n'aura pas été vain.
 
Un disque fondamental : Mendelson - Seuls Au Sommet (Prohibited Records)

22:49 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2004

Explosions In The Sky meets Billy Bob Thornton

Et oui, à force de faire parler d'eux (et en bien), les joyeux gusses d'Explosions In The Sky se sont vu confier une BO, celle du prochain film de Billy Bob Thornton, 'Friday Night Lights'. Sortie prévue courant octobre. Bigre, des frappadingues qui rencontrent un ouf de chef ouf, va falloir écouter ça!

22:02 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

19/09/2004

Journées du patrimoine

Connaissez-vous l'ancien immeuble des Presses Socialistes, rue Saint-Laurent, là où le journal "Le Peuple" était imprimé? Non, oui, non, joker? Si votre réponse est oui et que vous l'avez visité ce week-end, revenez plus tard pour d'autres infos...
 
Si vous avez répondu non ou joker, vous apprendrez que cet immeuble moderniste des années 30, construit en même temps et dans le même esprit que le celèbre Vooruit de Gand, et désormais occupé par la représentation des Asturies à Bruxelles, est en bonne voie de réhabiliation après avoir failli être soufflé de la carte par un vent mauvais de spéculation (on prévoyait même d'y construire un parking à la place) et d'immobilisme des pouvoirs publics. Heureusement classé entre-temps, l'ex-vaisseau amiral de la presse de gauche semble reparti pour une croisière en des eaux moins tumultueuses.
 
Oeuvre de l'architecte Maxime Brunfaut, le bâtiment abrite actuellement une expo consacrée à la famille Brunfaut, famille d'architectes bruxellois à l'engagement politique bien senti. Malheureusement, si certaines réalisations brunfautiennes sont tout à fait remarquables (La Prévoyance Sociale près de la Gare du Midi par exemple), d'autres sont par contre d'une laideur sans nom. Entre utopie et réalité, il y a un monde, et l'exemple de la cité des Brigittines dans les Marolles (derrière la chapelle des Brigittines) le rpouve à suffisance, s'il était théoriquement séduisant d'offrir des logements modernes (pour l'époque) à des familles défavorisées (comme on dit pudiquement), il est indéniable que l'architecte qui l'a conçue n'a jamais eu l'intention d'habiter une telle prison de béton, monstre hypnotique posé derrière une des plus belles chapelles de Bruxelles. Une berlle hypocrisie socialiste de plus au passage, car ces beaux messieurs aux beaux discours sur le progrès social habitaient bien entendu les quartiers huppés de Uccle ou de Meise, bien loin des HLM hideux censés faire le bonheur du peuple.

23:08 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/09/2004

Good oldies are never bad

Pas perdu mon temps aujourd'hui (qui a dit ça doit te changer lol) parce que sur une brocante ce matin, trois albums qui n'attendaient que ça m'ont tendu leurs bras avec une telle générosité que je n'ai pu réfréner mes ardeurs.
 
Alors, voici m'sieur dames par ordre alphabétique et rien que pour vous
 
Messieurs les Beatles en concert en 1964 à l'Hollywood Bowl
Monsieur Serge Gainsbourg lui-même et ses 'Dernières nouvelles des étoiles'
et, last but not least, Mademoiselle Emmylou Harris et son 'Luxury Liner'.
 
En vous remerciant

20:35 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |