08/11/2004

Un petit post pour armatt

Dans la liste des blogs musicaux que je consulte régulièrement (voir en bas à gôche), celui du camarade armatt (rien de politique, je vous rassure tout de suite) fait partie de mes lectures quasi-quotidiennes.

 

Voici quelques jours, alors qu’il nous faisait une fois de plus part de sa science de la découverte et de son amour de l’inconnu en mouvement, nous avons été amenés à discuter du grand Steve Reich. En signe d’amitié, je lui mets en écoute le formidable morceau Proverb, entrelacs magnifique de voix sopranos qui se fondent progressivement dans des structures de plus en plus complexes, où la chaleur des voix des ténors et la luxuriance des vibraphones et autres orgues électriques évoquent des mondes irréels où se mirent des nymphes évanescentes à la chevelure infinie.

 

How small a thought it takes

To fill a whole life

 

Rarement si peu de mots auront rempli une composition d’autant de grâce



21:44 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

!!!!! signe d'amitié réciproque!
en entendant ce morceau, je ne peux que penser a Jocelyn Pook avec son album "untold things" ( 4 tracks sur b.o. de "Eyes wild shut" ) et un peu a la b.o. du film "the insider" par Lisa Gerard...!
merci Fab

Écrit par : armatt | 09/11/2004

mouais.... en écoutant c'est bien aussi....!
pardon!

Écrit par : armatt | 09/11/2004

héhé steve reich c'est mon rayon... ...analyse de Drumming à rendre pour un cours :/

Écrit par : rephlex | 12/11/2004

Les commentaires sont fermés.