18/02/2005

nim, armatt et les autres

Dans la salle de concert aux allures de coquille d’œuf, un étrange inconnu m’épiait du coin de l’œil. Tel le faucon pèlerin fondant sur sa proie avec une avidité redoutable, il s’adressa à moi en des termes fort courtois. Cet inconnu aux lunettes placides, c’était le camarade blogger armatt en personne. Certes, nous avions convenu par mail d’une rencontre par ailleurs maintes fois reportées, dans un élan quasi pavlovien, nous nous étions échangé nos photos pour mieux passer le cap de l’identification subliminale et, par le plus grand fruit du hasard, cette chimère apprivoisée, nous étions là côte à côte à nous abreuver des mamelles pop de Mièle.

 

Prenant son pic à glace à deux mains, armatt gravît alors l’ascension de la première rencontre dans un élan d’enthousiasme qui doit lui être coutumier et, s’avérant que j’étais la personne qu’il recherchait, aussitôt les élans mélodiques terminés, nous fonçâmes tête baissée vers la cafét du Bota, où nous attendaient l’autre tête chercheuse de Carte Postale, le discret et talentueux nim, flanqué d’un étonnant sosie de Marc Moulin.

 

Etonnant en vérité de rencontrer pour de vrai ces figures dorénavant mythiques de la blogosphère, après s’être échangé de manière épistolaire des mots des mois durant, nous attendions cette première avec impatience, et les réjouissances au fort goût de houblon qui s’en suivirent n’en furent que plus chaleureux. Quant au sujet de la conversation, il ne doit guère faire de doutes pour les initiés à nos blogs respectifs.

 

Greetings from Brussels, guys.


10:46 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.