27/04/2005

Diane Cluck, dans la grande veine de l'antifolk

Entre les volutes d’une Joni Mitchell, la tendresse d’une Julie Doiron, les grincements d’une Kimya Dawson, Diane Cluck, chanteuse new-yorkaise pote de Jeffrey Lewis et des Herman Düne (oui je sais, encore eux), est une preuve de plus que le mouvement antifolk devrait être inscrit au patrimoine mondial de la simplicité musicale.

 

Pour ceux que ça intéresse, une belle brochette d’artistes antifolk est dispo ici.



14:49 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.