02/05/2005

Le Cauchemar de Darwin de Hubert Sauper

Des dérives de l’humanité, l’introduction de la perche du Nil dans le lac Victoria, berceau de l’humanité, risque bien de finir un jour en bonne position de ce classement peu enviable.

 

Prédateur vorace d’une taille redoutable, ce poisson a été introduit dans le lac dans les années 60 et quarante ans plus tard, les conséquences écologiques et humaines posent à tout le moins question et c’est là tout l’enjeu du documentaire du réalisateur autrichien Hubert Sauper, véritable questionnement sur les rapports économiques et écologiques entre l’Afrique et l’Europe. Certes, la pêche et la transformation du poisson en filets fournissent de l’emploi à des milliers de personnes vivant sur les rives du lac, cette victoire à la Pyrrhus risque fort de laisser une amertume vivace dans la chair de cette région des Grands Lacs martyre de ce changement de millénaire et dont à peu près tout le monde se fiche. Car si paradoxalement plus de 500 tonnes sont chaque jour pêchés et transformés, la famine sévit en Tanzanie (où le documentaire a été tourné) et les populations locales doivent se contenter des carcasses des poissons, traitées et fumées dans des conditions apocalyptiques qui soulèvent le cœur et l’estomac. Sans parler de la situation sanitaire (sida) et sociaux (prostitution, violence contre les femmes, enfants des rues) que le film aborde avec plus ou moins de profondeur. Et si l’auteur ne parvient pas réellement à prouver que les avions-cargos russes qui amènent le poisson en Europe participent au trafic d’armes vers les régions en guerre (Angola, RDC, Rwanda), il fait être sacrément naïf pour croire qu’ils arrivent tous à vide en Afrique. D’ailleurs, interrogé à ce sujet, un des commandants russes y va d’un rire sarcastique qui nous interpelle au niveau du vécu, comme dirait l’autre. Peu importe cette réserve, un documentaire à voir absolument, à vous dégoûter à tout jamais de manger de la perche du Nil.


14:30 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.