04/05/2005

Fred Poulet - Milan Athletic Club

Commençons par une bonne nouvelle, Fred Poulet a laissé tomber les jeux de mots scatologiques qui nous avaient tant agacé sur son précédent album Hollywood Baby. Heureusement, l’ami Fred n’a pas jeté le bébé avec l’eau du bain, il a conservé le ton sarcastique et goguenard qui fait tout le charme de sa musique et ce voyage désenchanté dans une Italie de pacotille dit beaucoup à sa collaboration avec la contrebassiste Sarah Murcia, dont la voix doucerette adoucit les mœurs et dont les arrangements jazz-pop sur Ma Gomme, Toute Une Vie apportent une Touche définitivement plus French que Dernière Bande (même si l’ami de toujours Rodolphe Burger y va de sa touche toujours aussi personnelle sur Zeppelin, et son envol est un ravissement). Et si Fred Poulet retombe parfois dans les égarements nonchalants du passé, son second degré assez unique dans une chanson française aux forts relents de planplantisme aigu nous vaut quelques moments de détente narquoise (Le Prince Marchant au rock basic et jouissif), voire tendre (la partie de piano de Electric Fish où Fred confirme cependant qu’il ne sera jamais Alain Chamfort, Pininfarina transporté dans un Hawaï nostalgique perdu du côté de San Siro) et c’est déjà beaucoup. Un retour en grâce bienvenu.

 

Fred Poulet – Milan Athletic Club (Label Bleu)


13:45 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.