23/08/2005

Josephine Foster

Son folk a des allures de casino fantôme désincarné et sa voix, poussée dans les derniers retranchements d’une cavalcade effrénée, encadre de sa présence enivrante la virtuosité matinale des troubadours modernes. Après deux collaborations (Born Heller et Josephine Foster & The Supposed), la chanteuse aux allures d’une Patti Smith (presque) juvénile sort un premier album sous son propre nom. Selon l’humeur du jour, ses Hazel Eyes irriteront ou fascineront, ils ne laisseront en tout cas jamais indifférent, peu d’artistes peuvent en dire autant.

 

Josephine Foster est une des invitées du festival Dictapop, ce vendredi 9 septembre au Petit Théâtre Mercelis d’Ixelles. Au menu également, Manyfingers, Thee Stranded Horse, Matt Elliott et Mi & L’au. A voir aussi le lendemain à Hasselt (CC België) avec Mi & L’au et Kiss The Anus Of A Black Cat, et le 17 septembre à Genève (Cave 12)  toujours avec Mi & L’au.

 

Un disque : Josephine Foster - Hazel Eyes (Locust Music)

 

Trois extraits mp3 de Hazel Eyes

Josephine Foster – The Golden Wooden Tone

Josephine Foster – The Pruner’s Pair

Josephine Foster – Crackerjack Fool


14:57 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.