23/09/2005

Cobra Killer & Kapajkos – Das Mandolinenorchester

Petit avant-propos. S’il est une chose qu’on ne pourra jamais reprocher au duo Gina V.D’Orio et Annika Line Trost, c’est de manquer de dynamisme et de recherche de points d’ancrage sortant (nettement) de la moyenne. D’un esprit second degré qui fait des ravages sévères chez les médisants de tout poil, le duo allemand avait sorti en 2004 un 76/77, brûlot électro à l’esprit bien plus punk que tous les suceurs de roue du rock garage qui se prennent pour les nouveaux working-class heroes qu’ils ne seront jamais. Dèjà promues d’un genre qualifié outre-Rhin de " Dreck-Elekto " (electro cracra), les deux demoiselles de Berlin iraient jusqu’à effrayer plus d’un fan de Peaches ou des Chicks On Speed par leur côté déluré sans fausse pudeur (du style on se roule dans le vin rouge sur scène, ce genre) ce n’est pas nous qui nous en plaindrons. Désormais largement calmées (du moins sur disque), les tueuses de cobra se sont associées à l’orchestre de mandolines Kapajkos pour un résultat d’un enthousiasme rafraîchissant qui ferait même sourire le partisan le plus acharné du délirant Henri Emmanuelli (ou de Gilles de Robien, pour ne pas faire de jaloux). Débordant de tubes tous plus désopilants les uns que les autres, Das Mandolinenorchester faisait pourtant bien peur au départ, que pouvions-nous bien attendre de bon du croisement entre l’électro-pop façon Stereo Total et un orchestre de mandolines ? Vous l’avez deviné, les doutes ont volé en éclats dès la première écoute, et rassurés depuis lors, nous nous repassons en boucle une désopilante volée de poil à gratter qui fait un bien fou là où elle passe. De préférence dans les recoins les plus sensibles au guili-guili.

Cobra Killer & Kapajkos – Das Mandolinenorchester (Monika Enterprise)

Trois extraits en ligne sur Boomkat


14:11 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.