30/09/2005

Porn Sword Tobacco - Explains Freedom

Quand il était petit, Henrik Jonsson, l’homme qui se cache le mystérieux pseudonyme de Porn Sword Tobacco, aimait à jouer sur son Commodore 64 au jeu ‘Summer Games’, bercé qu’il était par l’allumage de la flamme olympique qui ouvrait le jeu. Pour anecdotique qu’elle soit, cette historiette à priori banale révèle pourtant d’un des mystères fondamentaux de Explains Freedom, comptine lyrique à la mélancolie profonde, bien que parfois racoleuse, qui fera verser plus d’une larme discrète sur la joue des cœurs (in)volontairement solitaires. Bardée de titres à la déchirante plénitude (citons en vrac les très tristes et très beaux Watts Towers, Naturens Kraft Och Klang ou White Sneakers), cette deuxième sortie du musicien de Göteborg sur l’excellent label berlinois City Centre Offices tend à ses auditeurs une main émouvante dans sa contemplation d’un univers aux tons oniriques, les plus cyniques d’entre nous risquent cependant d’y entendre une tentative parfois larmoyante de prendre le train de la mélancolie facile, voire de vouloir faire frissonner à tout prix dans les appartements post-modernes d’une génération élevée au grain des Harold Budd et autres Brian Eno. Très touchante, voire fascinante dans ses aspects les plus introspectifs (Carl Zeiss Driving To Work, pour n’en citer qu’un), proche par moments de la contemplation subliminale d’un Benjamin Lew ou d’un Ghislain Poirier (Thank You!), la musique de Jonsson devient hélas incroyablement sirupeuse lorsqu’il s’entête à faire vibrer à tout prix les claviers analogiques vintage sortis de la même époque que son C64. Ces resucées de Jean-Michel Jarre ne figurant que sur les bonus du CD, nous conseillerons donc à l’honnête homme l’achat de la version vinyle, il s’évitera par la même occasion une sérieuse prise de tête.

 

Porn Sword Tobacco - Explains Freedom (City Centre Offices)

 

Trois extraits sur Boomkat


17:07 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.