31/05/2006

Terrestrial Tones - Dead Drunk

Un disque de malades. De malades géniaux.

 

Entre autres bizarreries, Dave Portner (aka Avey Tare) de Animal Collective et Eric Copeland de Black Dice ont fait très très fort. Bouclez vos ceintures, petits champions, ça va gigoter sec dans les mandibules. Car d'entrée de jeu, des sons (ou des bruits, c'est selon) sortis de leur cerveau démembré nous promènent sur un marché aux fantômes lubriques, où un orateur sous psychotropes tenterait de faire peur aux Draculas de passage (Car Fumes). N'en ayant cure, ils ressortent au passage leur intégrale Animal Collective, d'où ressortent d'étranges bruits de freinage (The Sailor), comme si un remixer fou viré de la STIB y avait fait son œuvre. Débarque alors un bourdonnement obsédant, flottant sur l'esplanade telle une horde de cornes de brume au foie malade (Gargoyle), il nous nous annonce l'arrivée prochaine d'une troupe de boy-scouts chamaniques, vampirisés par un rite vaudou post-industriel (Plowman). Un bref air de Yello en fast rewind plus loin (Magic Trick), John Zorn se lance dans le grand bal des fous à lier, il a pourtant bien du mal à affronter le brouhaha incessant d'une gare où tous les zazous du monde s'excitent à faire bruisser les carcasses des trains abandonnés à leur sort par des cheminots dépressifs (Future Train). Déchaînés mais lucides, Portner et Copeland, du haut de leur appartement parisien où ils ont enregistré l'album, ont observé toute la scène, l'acide n'avait pas (encore) eu raison de leur folie furieuse.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Terrestrial Tones – Dead Drunk (Paw Tracks)

22:55 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MP3 : The Pipettes – Dirty Mind

Un peu de fraîcheur qui ne mange pas de pain. Trio féminin à la power pop vitaminée tendance C, The Pipettes (from Brighton) ont été nourries au bon lait des B-52’s, remixées vers 1964 par Eleanor Friedberger, la moitié féminine des Fiery Furnaces. Le côté Bananarama (tiens, elles existent encore!!!!) est par contre plus gênant.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 The Pipettes Dirty Mind

Une vidéo (Format QT, 10 MB) The Pipettes Your Kisses Are Awasted On Me

Un disque à venir : The Pipettes – We Are The Pipettes (Memphis Industries)

En concert au Pukkelpop

 

 

 

15:05 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/05/2006

New Tones, très afro-jazz-beat

Quand l’afro-beat de Konono No.1 rencontre le jazz foutraque de Jaga Jazzist et le funk de George Clinton, ça donne les Ricains de Nomo et leur album New Tones. More vibes to come soon.

 

Deux mp3 (sur FUNTIME OK)Nomo Nu Tones

Nomo Fourth Ward

Un disque : Nomo – New Tones (Ubiquity Records)

11:01 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2006

Shelby Sifers, anti-folk power

Vilain petit canard qui exècre l’anti-folk minimaliste enregistré entre la machine à café et le micro-ondes, un conseil, arrête sur le champ la lecture de ce post sur la talentueuse Américaine Shelby Sifers, il te hérissera le poil au plus haut point. Mes amis Erika, Jacques, Julien, J-F, Max, Christophe, et tous les autres que j’oublie, précipitez-vous sur les extraits de l’album yeah And I’m In Love, Too, tentative étonnante de poésie à deux sous entre Julie Doiron, Rachel Lipson et Joanna Newsom. Et elle vient en Europe quand, la demoiselle ?

 

En écoute sur MySpace

En écoute sur Last.fm

Trois mp3 Shelby Sifers Things Are Beautiful

Shelby Sifers So Hard

Shelby Sifers You Geranium You Potato

Un disque : Shelby Sifers – And I'm In Love, Too (Oh! Map Records)

21:16 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2006

Julia Vorontsova

Jeune Russe exilée à Paris, Julia Vorontsova fait jongler les perles de pluie et marie en un axiome sensible la langue russe de Vladimir Vissotski et la folk minimaliste de Julie Doiron. On se tait et on écoute.

 

Deux mp3 Julia Vorontsova – Over

Julia Vorontsova – Rome 

V/A - Folks Pop In At The Waterhouse

Nouveau venu de la scène folk made in France, le label Waterhouse Records démarre son existence par une compilation du meilleur aloi. La suite dans Octopus.

 

En écoute sur MySpace

11:30 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2006

On Stage : Greg Davis & Sébastien Roux / Chris Corsano / No Neck Blues Band

Le Netwerk organise peu de concerts sur une année, mais à chaque fois il tape en plein dans le mille. Récit d’une soirée extraordinaire, et c’est peu dire.

 

Vingt heures quarante-cinq, le duo Greg DavisSébastien Roux, fait son apparition, chacun derrière son laptop. Et c’est parti pour une seule séquence, divisée en deux parties bien distinctes. Vingt premières minutes d’une electronica concrète et naturaliste qui voit des ruisseaux printaniers flirter avec les bruissements tempétueux, suivies de clicks & cuts abstraits et en rupture de ban totale. Bien, mais ce n’était rien en regard de la suite.

 

Vingt et une heures cinquante, un jeune homme au crâne rasé et au T-shirt à tête de mort se range derrière une batterie, en solo. Ce jeune homme mystérieux, ajouté au programme en dernière minute, c’est le New Yorkais Chris Corsano, participant de la Dream Aktion Unit avec entre autres Thurston Moore et Jim O’Rourke, et collaborateur de Espers ou Jandek. Son set a duré vingt minutes, et elles furent parmi les plus intenses de ma (déjà) longue vie de visiteur de concerts. Rarement autant d’inventivité (au moins une idée toutes les trois secondes), de libre génie et de sens de la musicalité ont été autant mises en valeur par un seul homme derrière quelques fûts et cymbales, accompagnés de ci de là (et toujours par le même homme !) d’un archet glissant sur une corde ou d’un embout de saxo relié à un tube. Grandiose !

 

Vingt-deux heures quarante, alors que nous pensions avoir eu droit à notre lot d’émotions fortes, le No Neck Blues Band est entre en scène (et en transe) pour une seule séquence d’une heure, que je retiendrai toute ma vie. Princes du free rock le plus décapant, équilibristes déjantés aux accents de freak folk et de free jazz, les sept musiciens de la East Coast (NY et Boston) taraudaient gaiement les tortures extatiques et de leur apparente nimportenawakittude ressortait une cohérence sublimement magistrale. A côté d’eux, les Animal Collective (que j’idolâtre pourtant) ressemblent à la Bande à Basile.

 

Quatre mp3 Chris Corsano What Do We Mean By Coaching? 

Chris Corsano What Do We Get From Cricket That We Don't Get From Other Games?

Chris Corsano What Do People Mean When They Say 'He Played Cricket'?

Chris Corsano How Should You Pick Up The Ball And Throw It?

 

Photo : Chris Corsano by Bill T Miller

21:16 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/05/2006

Quatre inédits de Humbert Utz

Douce et heureuse surprise à la lecture de la page MySpace de Humbert Utz car ce ne sont pas moins de quatre titres inédits que Jonathan Burnay nous propose. Ceux qui ont aimé La Nature Est Plus Belle Encore vont adorer.

 

En concert le 26 mai au Magasin4 (Bruxelles)

Quatre mp3 Humbert Utz Flirter Avec La Mort

Humbert Utz Nuit Froide Et Doux Baisers

Humbert Utz Chemin Parcouru

Humbert Utz Ndlr Gray Sky

15:25 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2006

Retard à l'allumage pour Lisa Germano

La nouvelle était dans l’air depuis pas mal de temps, et c’est confirmé. La sortie de In The Maybe World, nouveau (frêle) esquif de la flottille Lisa Germano, est repoussée au 18 juillet. On ne va pas en faire un Ariane Moffatt nerveux non plus.

 

Un mp3 Lisa Germano – Too Much Space 

Un disque : Lisa Germano – In The Maybe World (Young God Records)

21:12 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2006

Yer Bird Records, passionnément americana

En octobre 2005, ces modestes pages évoquaient brièvement l’élégance mélodiquement désolée de Nic Garcia, songwriter du North Dakota aux contours hivernaux affirmés. Signé déjà à l’époque sur Yer Bird Records, nouveau label de Charlotteville, Virginia (et dont le nom est inspiré du I’ll Be Yr Bird de M. Ward), l’ami Nic a été depuis rejoint par les Sounds Like Fall, et leur très convaincante country-folk americana aux confins de Iron & Wine et Bonne Prince Billy. A suivre de (très) près.

 

Deux mp3 Nic Garcia – Triumph 

Sounds Like Fall – St. Majella

Deux disques : Nic Garcia – The Desperate Ones 

Sounds Like Fall – The Wolf Is At The Door (Yer Bird Records)

12:06 Écrit par Fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |