30/10/2006

Benni Hemm Hemm - s/t

bennihemmNé sous le charmant patronyme de Benedikt H. Hermannson, Benni Hemm Hemm et son album éponyme ont déjà bien fait parler d’eux dans son Islande natale, ses deux victoires aux Icelandic Music Awards en sont le preuve. Au-delà de l’inévitable aspect paillettes de l’événement, la volonté affichée et – parfois – maladroite de brouter les vertes campagnes de la pop anglo-saxonne pose question. Bien sûr, la blanche luminosité de l’intro à la Polyphonic Spree nous entraîne joliment sur des terres où le sourire est de mise et l’usage partiel de la langue islandaise fait naître un courant de sympathie naturelle. Pour se faire une idée, il suffit d’imaginer un Syd Matters des geysers accompagné d’une fanfare fauchée de Las Vegas recyclée chez Beck (The Doomed The Damned). Parfois grotesque mais d’une inélégance entêtante (I Can Love You In A Wheelchair Baby), la musique des Islandais évoque en d’autres endroits Calexico à la poursuite de Belle & Sebastian (Labbi) tandis que le tubesque Ku-Ui-Po nous rappelle que les entreprises de neuneuïsation avancée ne sont jamais bien loin des sommets des charts. Toujours foutraque, un album étrange et ouvert.

 

Deux mp3 Benni Hemm Hemm I Can Love You In A Wheelchair Baby

Benni Hemm Hemm Labbi

Un disque : Benni Hemm Hemm – s/t (Morr Music)

Les commentaires sont fermés.