02/12/2006

Isobel Campbell – Milkwhite Sheets

isobel-milkwhitesheetsChaque jour passant, Isobel Campbell s’éloigne un peu plus de la pop fleur bleue de son ancien groupe Belle & Sebastian. Déjà, son passionnant duo Ballad Of The Broken Seas avec Mark Lanegan nous l’avait révélée en femme affirmée, répondant avec ses tendres armes à la virilité radicale de l’ex-Screaming Trees (et dont la drug addiction n’avait pas facilité la finalisation de l’album). De retour seule, l’ancienne comparse de Stuart Murdoch revisite en profondeur – et en style – le répertoire folk qui est le sien, adaptant à sa manière plusieurs airs traditionnels, allant même jusqu’à les rhabiller d’une acidité digne des géniaux Espers (Willows Song). Les lenteurs extatiques de ses instrumentaux (James, Milkwhite Sheets) n’ont à vrai dire d’égales que la fausses innocence de comptines aux déclinaisons attendrissantes (Cachel Wood, Beggar Wiseman Or Thief). Dans une démarche analogue à celle de son essentiel compatriote Alasdair Roberts (‘Loving Hannah’), l’austérité en moins, le charme naturel en plus, Isobel Campbell, en digne héritière de cette autre grande figure écossaise qu’est Vashti Bunyan, transcende le bonheur élégiaque d’un répertoire pourtant sombre et son disque lui confère le statut d’une artiste à la bouleversante et saisissante maturité.

 

Un mp3 (via I Rock Cleveland) Isobel Campbell – Beggar, Wiseman Or Thief

Un disque : Isobel Campbell – Milkwhite Sheets (V2)

Les commentaires sont fermés.