11/12/2006

Faccini 1 - Molina 0

faccini-liveComparé, à tort ou à raison, à Ben Harper, l’Italo-Britannique Piers Faccini aurait pu chanter de sa voix de velours feutré le gospel comme Aretha Franklin avait fabuleusement repris Amazing Grace. Homme de goût – son concert de ce dimanche nous l’a plus que démontré – l’ancien étudiant en peinture aux Beaux-Arts de Paris préfère cependant mettre du blues là où ses comparses contrebassiste (la raffinée Sarah Murcia - médaille d'or des arrangements du dernier Jeanne Balibar) et batteur dévoient le jazz pour mieux nous caresser, le tout enrobé d’une pop discrète qui seyait merveilleusement à l’atmosphère recueillie d’une Rotonde correctement remplie. Un grand monsieur et une redoutable découverte scénique.

 

Perdue dans des bidouillages à n’en plus finir, Juana Molina a rendu une bien mauvaise grâce à ses deux (excellents) albums sortis en nos terres éloignées de son Argentine natale. Partisane du chipotage pour le plaisir, l’ancienne actrice de sitcoms est parvenue, ô exploit, à noyer la sensualité dépouillée et accueillante de ses comptines folktronica dans un ennui bien trop abscons. Une prochaine fois, peut-être. 

 

En écoute sur MySpace (Piers Faccini)

Quatre mp3 Piers Faccini – If I

Piers Faccini – Sharpening Bone

Piers Faccini – Each Wave That Breaks

Piers Faccini – Come The Harvest

Un disque : Piers Faccini –  Tearing Sky (Label Bleu)

Photo Laurent Dupuis

Les commentaires sont fermés.