01/02/2007

Svarte Greiner - Knive

svarte_greiner-kniveUne embarcation saumâtre où Yann Tambour jouerait du violoncelle avec des corbeaux à l’affût de la brume, et c’est un monstre des lagunes reposant en les eaux poisseuses d’un marécage norvégien au sortir de l’hiver qui se gratterait la nuque de plaisir glacé. Plantés à l’horizon, des arbres à demi-vivants craquèlent de tout leur flanc, invitent-ils le clone de Christina Carter – en congé des Charalambides – à accompagner leur agonie ou est-ce le grincement d’une porte vermoulue d’humidité qui ferait ressurgir le fantôme des Sunno))) du fond du ventre de la bête humaine? Ces quelques descriptions ne suffiront jamais à évoquer la superbe – et inquiétante – fécondité des mille bizarreries qui peuplent ce disque déjà essentiel, tant la richesse de l’univers sombrement poétique de Svarte Greiner (aka Erik Skodvin du fantastique duo norvégien Deaf Center)  le dispute à la fertilité magnifiée de sa musique ambient sans cesse renouvelée. Que ceux que le terme effraie se gardent bien, toutefois, de snober l’œuvre au noir de l’artiste d’Oslo tant le mot est ici bien trop réducteur, à l’image de cet hallucinant Final Sleep évoquant bien plus Angelo Badalamenti que Harold Budd. D’une étrangeté fascinante, et remarquable d’à-propos novateur, la musique de Svarte Greiner nous offre tout simplement une pierre angulaire d’un genre que l’on croyait moribond et nous sommes prêts à prendre le pari qu’on reparlera encore de ce disque dans dix ou vingt ans.

 

Deux mp3 Svarte Greiner – The Boat Was My Friend

Svarte Greiner – Easy On The Bones

Un disque : Svarte Greiner – Knive (Type Records)

Les commentaires sont fermés.