28/02/2007

Max Mohr – Trickmixer’s Revenge

trickmixerNon, James Holden n’aime pas Berlin, sa techno minimale, sa scène underground. Toujours de bon conseil, l’agence de voyages RifRaf lui suggère dès lors un mini trip à Cologne, lieu de résidence du producteur allemand Max Mohr, révélation tardive de la scène techno - pas trop - minimale (né à Francfort en 1962, il a attendu 2000 pour sortir son premier album). Deux disques plus tard, l’ami Max – en disciple inspiré de Laurent Garnier – trouve le bon chic d’empiéter sur les plates-bandes respectées d’une electro psychédélique, et nous de ne pouvoir résister plus de trente secondes à la transe tribale de Diamanten. Le sillon creusé, le quadragénaire teuton remet le couvert, nous sommes conquis, nous sommes comblés et c’est même à se fendre la gueule de bonheur (Assonja Swynja). A l’intérieur d’un disque où ne manque pas l’émotion perlée (Spellbound), c’est rare dans le genre, Max Mohr absous les Daft Punk en les présentant à Centrozoon (Lucky Go Wild) et n’oublie d’envoyer la fabuleuse Miss Yetti en stage chez Giorgio Moroder. Avant de finit en beauté sur l’étrange et magnifique In The Woods, improbable rencontre ambient où la basse de Peter Principle (Tuxedomoon) s’incruste pernicieusement chez Svarte Greiner. La classe.

 

Un disque : Max Mohr – Trickmixer’s Revenge (Playhouse)

27/02/2007

Hanne Hukkelberg, number two

31323C’est en vainqueur des Spellemannsprisen (les Grammy Awards de sa Norvège natale) que la polissonne Hanne Hukkelberg nous présente son second album Rykestrasse 68. Nommé d’après la résidence berlinoise où elle a passé six mois, le disque contient, cerise sur le gâteau une reprise du Break My Body des Pixies. Sortie prévue en nos terres méridionales le 2 avril.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 Hanne Hukkelberg - The Northwind

Un disque : Hanne Hukkelberg – Rykestrasse 68 (Propeller Recordings / The Leaf Label)

26/02/2007

Destroyer – Destroyer’s Rubies

DestroyerQuand il n’accompagne pas Neko Case et ses New PornographersDan Bejar retrouve ses potes de Destroyer, depuis 1995 déjà. Septième plaque du groupe canadien, Destroyer’s Rubies admire des pans entiers de l’americana, pour mieux la contourner. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via Indie for Bunnies) Destroyer – European Oils

Destroyer – 3000 Flowers

Un disque : Destroyer – Destroyer’s Rubies (Acuarela)

21:22 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pop, destroyer, americana, acuarela, mp3, critique |  Facebook |

Marla Hansen

1032889286_mLa qualité de Marla Hansen ne se résume certes pas à sa liste d’amis. Mais quand dans son carnet d’adresses figurent en bonne place les noms de Sufjan Stevens et Shara Worden aka My Brightest Diamond, ça en jette un max, forcément. Surtout qu’ils ont tous deux donné un coup de main à Wedding Day, premier EP de la demoiselle de New York à paraître début mars (plus de détails ici).

 

En écoute sur MySpace

Un EP : Marla Hansen – Wedding Day (Autoproduction)

24/02/2007

Bacanal Intruder – Lulo

er11Artiste espagnol signé sur le label français Eglantine (résidence du délicieux duo Pollyanna), Luis Solis aka Bacanal Intruder doit être le genre de personnage à aimer déambuler dans les bois, guitare à la main, pour y tenir compagnie aux gazouillis des oiseaux. De retour chez lui, il retrouve son mélodica, son harmonica ou son glockenspiel, rien ne lui plait tant qu’à confronter les sons naturels aux beats – discrets – de machineries effacées, d’autres nomment cela folktronica. Homme accueillant, il convie des amis de passage, l’une au chant (la douce folkeuse Leslili Lala dans le rôle d’une Juana Molina californienne, sur deux titres), d’autres aux instruments et aux bidouillages. Frère de pensée de F.S. Blumm et Wixel et cousin d’esprit de Parrondo, Múm et My Jazzy Child, Solis se pose en maître du soleil et dépose dans l’atmosphère un voile protecteur de ses influences néfastes. Et en dépit d’effets parfois inaboutis dans les relations étroites qui unissent l’électronique et l’acoustique, il nous prouve que tout n’a pas encore été dit dans un genre parfois mal fréquenté.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 Bacanal Intruder – Soon For Weekend

Bacanal Intruder – What’s Left Lulo-pei

Un disque : Bacanal Intruder – Lulo (Eglantine Records)

22/02/2007

Blonde Redhead 23 (avril)

blonde-redhead-2Aimer Sonic Youth (un peu, beaucoup, passionnément), c’était aimer Blonde Redhead (un peu, beaucoup, passionnément). Trois années nous séparant désormais du marquant Misery Is A Butterfly, nous cocherons dès à présent la date du 23 avril dans notre agenda, histoire de ne pas rater la sortie de, je vous le donne en mille, 23. Et comme pour justifier l'imparfait de la phrase d'intro, le premier titre de l’album n’a vraiment (plus) rien à voir avec la bande de Kim Gordon & co.

 

Un mp3 Blonde Redhead – 23

Un disque : Blonde Redhead – 23 (4AD)

14:56 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : preview, pop, rock, mp3, blonde redhead, 4ad |  Facebook |

21/02/2007

Apse - Spirit

apse_spiritDes disques sombres et dépressifs, ma discothèque en compte un sacré paquet. De Thalia Zedek à Gravenhurst en passant par Encre, Simple As Pop ou Elizabeth Anka Vajagic, les raisons de se jeter par la fenêtre ne manquent pas. Jusqu’à l’arrivée de Spirit, premier album long format des Ricains de Apse, d’une étonnante – et morbide – acuité. La suite sur Octopus.

 

En concert au 4AD (26/05) et à l’Ancienne Belgique (27/05)

En écoute sur MySpace

Un disque : Apse – Spirit (Acuarela)

15:15 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rock, critique, acuarela, apse |  Facebook |

20/02/2007

Slint de retour en Belgique

SLINT_BPIC1L’événement mérite d’être souligné, à doubles traits, tant il est rare. Deux années après sa reformation pour le festival All Tomorrow’s Parties, le trio Slint sera de passage à l’Ancienne Belgique le 23 mai, histoire de prolonger la fête – terme inapproprié tant les grincements de guitares de David Pajo (Papa M, Tortoise) et Brian McMahan (The For Carnation) vocifèrent de sourde colère au son de la batterie de Britt Walford. Trois mois nous en séparent et déjà je frémis à l’idée de me battre une soirée durant avec le légendaire album Spiderland.

 

Un mp3 Slint – Ron

Deux disques : Slint – Tweez (1989 – Southern Records)

Slint – Spiderland (1991 - Southern Records)

21:20 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : slint, rock, punk, concert, mp3, southern records |  Facebook |

19/02/2007

Raymondo - Tomorrow

.

15:34 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : raymondo, pop, video, belgian scene, matamore |  Facebook |

16/02/2007

Claire Goldfarb – Or Propos

cd_orproposUn violoncelle lyrique et inquiétant, une voix étrange et habitée (on songe à la rencontre entre Cathy Berberian et Islaja), ce sont les deux ingrédients de la musicienne belge Claire Goldfarb, membre de plusieurs ensembles et orchestres et admiratrice invétérée de l’œuvre du compositeur italien contemporain Giacinto Scelsi. Foin de sarcasmes, alors que tout était pourtant en place pour nous proposer le disque belge le plus obscur – voire le plus froid – de l’année, c’est en désormais fan absolu et conquis que je réécoute jour après jour les dix titres de l’album. Telle une rencontre subliminale entre le freak folk finlandais contemporain, la verve poétique de Luciano Berio ou le lyrisme du concerto pour violoncelle d’Elgar, la musique (le terme n’est ici jamais galvaudé) improvisée de Claire Goldfarb nous revient en une acuité sidérante où les émotions aériennes et raffinées prennent tout leur sens, tout en évitant l’écueil redoutable de la préciosité et du snobisme. Un tout grand album est paru, une toute grande artiste est née, sans doute.

 

Un disque : Claire Goldfarb – Or Propos (homerecords.be)