21/05/2007

The Polyphonic Shit

polyphonic_fragile_real1A l’origine, le concept des The Polyphonic Spree était des plus sympathiques. Une secte rigolote, des chansons pop sous un soleil psychédélique, c’était le premier album The Beginning Stages Of…, trente minutes de bonheur épicurien, sans complexes. Le deuxième album Together We’re Heavy avait bien rafraîchi le fan de la première heure, terriblement déçu de la tournure gnangnan prise par Tim DeLaughter et ses ex-illuminés compères.

Les échos du troisième opus de la chorale post-Beach Boys laissait entrevoir un retour à leurs sources solaires. Trois fois hélas, les méandres du web (un pirate de l’album échappé d’on ne sait où) nous ramènent une boursouflure où Spandau Ballet se prendrait pour Queen. Sans même parler de l’infâme pochette, quelque part entre Splashdown, Living With Lesbians et le drapeau impérial japonais revu par Bézu.

 

En écoute ici

Un mp3 The Polyphonic Spree – Light To Follow

Un disque : The Polyphonic Spree The Fragile Army (TVT Records)

Les commentaires sont fermés.