30/07/2007

Skeletons And The Kings Of All Cities – Lucas

skeletons-lucasLes plus fervents lecteurs de RifRaf se souviennent peut-être des collages entre Phoenix et Animal Collective de Git, le précédent album des Skeletons (& The Girl-Faced Boys). Pour ma part, de très vagues réminiscences me rappellent que ce disque est passé par la case platine, sans trouver guère d’écho dans une mémoire mise à mal par les autrement géniaux Terrestrial Tones et First Nation. Le cru 2006/7 de Matt Mehlan, sous le patronyme des Skeletons And The Kings Of All Cities, s’avère heureusement bien plus prometteur. Toujours aussi foutraque, sa musique mêle avec davantage d’harmonie des influences toujours aussi sensibles à la rose des vents. De l’avant pop new-yorkaise à la rumba africaine (What They Said), des percussions latinos aux Talking Heads (Fake Tits), du free jazz Hall/Ranaldo/Hooker à (encore) Animal Collective en passant par l’intro du Brayter Layter de Nick Drake ou la musique dite dégénérée des années vingt-trente, je pourrais continuer, pratiquement à l’infini, de lister les plus inattendus ingrédients d’une musique qui ne manque ni de piment, ni d’idées. Face à une telle bouillabaisse, bien sûr, le temps d’incubation de l’album dépendra de la capacité d’absorption de ces multiples saveurs. Une chose est déjà acquise, au-delà de la huitième écoute, le risque d’addiction (plus que de lassitude) est bien réel.

  

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Skeletons And The Kings Of All Cities - What They Said

Un disque : Skeletons And The Kings Of All Cities – Lucas (Ghostly International)

Les commentaires sont fermés.