14/09/2007

Arca – On Ne Distinguait Plus Les Têtes

arcaPersonnage central (au même titre que Yann Tambour) d’une scène indépendante française au-dessus de tout soupçon, Sylvain Chauveau multiplie les projets ambitieux, en son nom propre comme sous celui d’Arca. Alors que son album de reprises de Depeche Mode n’a suscité qu’une indifférence polie auprès de l’auteur de ces lignes (alors qu’il s’agit de son disque le plus médiatisé), tout autre fut l’accueil en leur temps des indispensables Un Autre Décembre (et son minimalisme pianistique à la Max Richter) et Angles (et son post rock puissamment retenu). Quatre années plus tard, Chauveau et son complice Joan Cambon nous reviennent, et de quelle manière. De ses têtes que le titre ne distinguait plus, nous nous permettons de relever la figure incontournable du grand David Sylvian, influence manifeste des superbes Unspeakable et Lonesome Witness Of Her Nudity, voire Faced By The Night. En fan invétéré de Dave Gahan et Martin Gore, Chauveau abandonne – en homme de goût – la posture crâneuse du premier pour rejoindre la classe mélodique infinie du second (Stonefall Inside). Tantôt épuré dans une discrétion rock réminiscente de l’opus précédent Angles (Maybe Chicago), tantôt épris d’une mélancolie belle à faire chialer Colleen et Ryuichi Sakamoto (Sunday Negative), ce grand disque triste épousera les premiers contours de l’automne de son subtil orgueil

 

En écoute sur MySpace

Un disque Arca – On Ne Distinguait Plus Les Têtes (Ici D’Ailleurs)

Les commentaires sont fermés.