22/12/2007

Sharron Kraus et Fursaxa ensemble

p13334Définitivement, il serait sot – voire déplacé – de comparer Sharron Kraus à une sorte de sous-Meg Baird faisant du Vashti Bunyan. Comme son album Songs For The Twins l’a encore prouvé, la musicienne d’Oxford est à ranger dans les fortes personnalités (moins qu’une Joanne Robertson, certes) d’une folk psychédélique dont les secrets demeurent toujours aussi riches, même en cette fin 2007. Tant qu’à évoquer les têtes marquantes du genre, mais dans un rayon beaucoup plus grinçant, voire sombre, Tara Burke aka Fursaxa dépasse le cadre étriqué d’une musique simplement traditionnelle. Inquiétantes et partisanes, ses chansons en marge de tout simplisme séduisent autant qu’elles éprouvent. La confrontation de leurs deux univers, sous le nom de Tau Emerald, est prévue pour fin janvier 2008 et on se demande bien ce qui va sortir de l’âme sensible de la première et du cerveau délicieusement abîmé de la seconde. 

 

Trois mp3: Meg Baird, Helena Espvall, Sharron Kraus – Barbry Ellen

Fursaxa – Birds Inspire Epic Bairds

Fursaxa – Clé Elum

Un disque : Tau Emerald Travellers Two (Important Records)

21/12/2007

Susumu Yokota - Love or Die

Susumu%20Yokota%20-%20Love%20Or%20DieL’excellent site Obscure Sound le rappelle avec beaucoup d’à-propos, Love or Die, dernier album en date de Susumu Yokota, ne déparerait pas dans la liste des albums les plus importants de l’année. Bien qu’inférieur – mais c’est dans les marges que ça se joue – à ses indispensables Magic Thread (The Leaf Label - 1998) et Sakura (The Leaf Label - 1999), le dernier album du prolifique compositeur – et DJ - japonais (environ trente titres à son actif) réjouira le moindre aficionado de Sylvain Chauveau et de Marsen Jules.

 

En écoute sur Plong

Deux mp3: Susumu Yokota – A Heart-warming and Beautiful Flower Will Eventually Wither Away and Become Dirt

Susumu Yokota – For The Other Self Who is Far Away That I Can not Reach

Un disque : Susumu YokotaLove or Die (Lo Recordings)

19/12/2007

Iditarod, l'ultime adieu

iditarod-kleineC’est une ode à un projet trop tôt disparu, sans qui l’actuelle vague folk psyché n’aurait pas tout à fait la même allure, que nous propose le label gantois Morc Records. Créé en 1996, disparu en 2003, le duo (puis quatuor) Iditarod préfigurait l’acidité d’Espers, dont chacun s’accorde pour reconnaître aujourd’hui l’importance. Edité en cassette en 2002, Kleine, un des ultimes albums de Karin Wagner et Jeffrey Alexander, a connu cette année une ultime renaissance sous les auspices de la maison de Wim Lecluyse, qu’on ne remerciera jamais assez de nous avoir fait connaître le magnifique Old Things (Une Collection De Chansons 1999 – 2003) de Jessica Bailiff. Aux dernières nouvelles, Jeffrey Alexander présidait toujours aux destinées de la structure Secret Eye et demeurait membre de Black Forest / Black Sea. Quant à Karin Wagner, elle aurait carrément mis un terme à ses activités musicales. That’s not fair, is it ?

 

Un mp3 : Iditarod – Kleine

Un disque : Iditarod Kleine (Morc Records)

18/12/2007

Le sacré foutoir de State Bird

statebird-mostlyUn vrai joyeux bordel que la musique de State Bird. Hein qui ? Simple, au départ, deux gars pas bégueules pour deux jus multi vitaminés (Coby Hartzler & Jared Riblet), une multitude de potes en goguette et des échos de ce tout ce que la pop music – tendance on se marre un bon coup – compte de chaque côté de l’Atlantique, et ailleurs. Trompettes à la Calexico, mélodies hurluberlues à la Herman Düne, chants indiens, en Beatles tendance Sgt Pepper, en Beach Boys d’opérette ou en Scissor Sisters pirates de l’Ohio, n’en jetez plus, leur coupe façon In Case We Die des Architecture In Helsinki déborde d’une vitalité en tout points irrésistible. Alors, heureux ?

 

En écoute (+ mp3) sur MySpace

Un disque : State BirdMostly Ghostly (The Record Machine)

17/12/2007

DeVotchKa, t'en veux? J'en ai

devotchkaLe magnifique How It Ends encore tout chaud sur la platine (faut dire que sorti en 2004 aux States, il avait mis trois ans à nous parvenir), DeVotchKa nous revient déjà (début 2008) pour un très attendu successeur, digne du grand A Hawk And A Hacksaw et franchement supérieur au surestimé Beirut. Et ça s’appellera A Mad And Faithful Telling.

 

Un mp3 (extrait de How It Ends): DeVotchKa – We’re Leaving

Un disque : DeVotchKa A Mad And Faithful Telling (Anti-)

23:14 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : devotchka, mp3, preview, folk, rock, anti- |  Facebook |

Guillaume & The Coutu Dumonts – Face A L’Est

Guillaume The Coutu Dumonts - Face A L’EstLe dernier Swayzak te sort par tous les pores ? Tu trouves que Miss Kittin a perdu les derniers crédits qui tu lui accordais en reprenant Indochine ? Console- toi, Octopus t’a trouvé sur le label Musique Risquée (oui, le label d’Akufen) largement de quoi faire remonter la température de ta prochaine douche. Ca nous vient de Montréal, ça s’appelle Guillaume & The Coutu Dumonts et ça te donnera d’irrémédiables envies de gâteries minimales sur fond de séjour sénégalais. Là où le producteur québécois a trouvé l’inspiration de ce très réussi Face A L’Est.

 

La chronique de Laurent Catala sur Octopus

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Guillaume & The Coutu Dumonts – They Only Come Out At Night

Un disque : Guillaume & The Coutu Dumonts Face A L’Est (Musique Risquée / Kompakt)

16/12/2007

Le Loup, même pas peur!

leloupUne bonne louche de banjo à la Sufjan Stevens, une épanchée salace d’harmonies vocales façon Animal Collective et un petit coup d’électro pop neuneu, telles sont les recettes de Le Loup, combo washingtonien en overdose de repères. Tellement voyants qu’on les oublie au plus vite.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via MonoCrave): Le Loup – We Are Gods! We Are Wolves!

Le Loup – Canto I

Un disque : Le LoupThe Throne of the Third Heaven of the Nations' Millennium General Assembly (Hardly Art)

23:17 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le loup, folk, pop, preview, hardly art, mp3 |  Facebook |

15/12/2007

Debout Sur Le Zinc – Récréations

deboutsurlezinc-recreationsJazz manouche de banlieue ou valses de bistro à bière tiédasse, la musique des Debout Sur Le Zinc frivole toujours autant de ses excès post-éthyliques, quinze ans après ses débuts. Une décennie et demie qui les a vus écumer les scènes de France et d'au-delà, assurant au groupe une renommée festive qui n'est plus à présenter. Composé uniquement de titres composés entre 1993 et 1997 mais inédits en disque, bien que maintes fois joués en live (au point que les fans viennent à les réclamer), Récréations contamine, c'est triste à dire, à la petite vérole l'univers autrement plus poétique de Pascal Comelade, et son seul mérite est d'insuffler un air de fête populaire (mais au sens le plus cliché du terme). En regard du folk réinventé de DeVotchKa et A Hawk And A Hacksaw, ça fait carrément pitié.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Debout Sur Le Zinc Récréations (Wagram)

14/12/2007

Stars of the Lid, stars of the MIM

starsofthelidLe secret était trop bien gardé (à tel point que même l’agenda de Matamore n’en pipe mot), il est temps de le révéler, merci LastFM. Car oui, vous ne rêvez pas, ce ne sont rien de moins que les géniaux Stars of the Lid qui seront de passage ce jeudi 20 décembre au Musée des Instruments de Musique, pour quatre (courtes) sessions d’une quinzaine de minutes (17h25 – 19h25 – 20h25 – 22h00). Et l'entrée ne coûte que deux roros cinquante.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via Swan Fungus): Stars of the Lid – Lagging

Stars of the Lid – Porch (Version #28)

13/12/2007

Andreas Tilliander meets The Field

R-1116446-1193322625Ca se passe une fois de plus sur Ocean Club Radio, la magnifique émission de Gudrun Gut et Thomas Fehlmann. Qui, quoi, comment ? Oh, peu et beaucoup à la fois, juste quelques minutes en lévitation dub post-Michaela Melian, pour un remix ultra-hypnotique du Stay Down du producteur suédois Andreas Tilliander. L’auteur du crime ? Son compatriote Alex Willner aka The Field, toujours aussi en forme depuis son prenant From Here We Go Sublime. Le lieu du crime ? L’émission du 7 décembre, entre les sixième et quatorzième minutes. Sehr schön, hat sie gesagt.

 

En écoute sur Boomkat

Un 12’’ : Andreas TillianderStay Down (Repeatle)