24/01/2008

Worrytrain – Fog Dance, My Moth Kingdom

worrytrain-fogTu t’apprêtais à commettre l’irréparable, les lames t’avaient déjà entamé les veines, quand subitement tu entendis le second album de Worrytrain, l’alias du jeune Américain Joshua Neil Geissler. Soudainement, tu partageas sa lucidité sans égale sur le détestable état du monde, et tu te mis à dresser le classement des horreurs dont le genre humain a été – et sera encore – capable. Tu notas, entre effroi et ravissement, que la nouvelle sortie du label luxembourgeois Own Records s’en était profondément inspiré dans sa quête d’une beauté néo-classique aussi absolue que tragique. Tel morceau t’évoqua la longue descente aux enfers des convoyés vers la mort, en pleine traversée des plaines gelées d’Europe centrale, direction les chambres à  gaz (For Auschwitz, bande-son parfaite du remarquable documentaire De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif), tel autre te rappela le Quatuor Pour La Fin Du Temps de Messiaen, avant de déboucher sur une volontaire cacophonie bruitiste évoquant la crémation des corps décharnés. Ton voisin auditeur de Musiq3 hurla bien au romantisme compassé, et certains passages abondèrent dans son sens (Achtung, God, Cambodia), ses arguments furent toutefois de peu de poids face à une œuvre qui, éprise des Stars of the Lid et d’Arvo Pärt, laisse parler les cœurs déjà ébranlés par les remarquables films bosniaque Grbavica et roumain 4 Mois, 3 Semaines, 2 Jours. Par bribes, une bouffée d’oxygène t'accompagna même dans une vie nouvelle (The Moth Screamed Harvest), dont le bruit et la fureur (entre free jazz exacerbé et requiem pour combattants mutilés) n’étaient jamais bien loin, toutefois. Et si en d’autres temps, maints infâmes régimes auraient jugé les compositions « entartet » (dégénérées), Fog Dance, My Moth Kingdom secoua – par moments – le cocotier de tes certitudes au plus haut point, et tu remercias Joshua Neil Geissler de son précieux concours.

 

En concert au café Zébra (Bruxelles) ce samedi 26 janvier

En écoute sur MySpace

Un disque : WorrytrainFog Dance, My Moth Kingdom (Own Records)

Les commentaires sont fermés.