25/02/2008

Samantha Marais – The Peppermint Conspiracy

samanthamarais-thebutterflyconspiracyBlanche sud-africaine d’origine, Samantha Marais a mis le cap sur Londres, voici quelques années déjà, histoire sans doute de se rapprocher des racines traditionnelles de sa folk music. A l’instar de sa consoeur Stephanie Dosen, autre folkeuse immigrée dans la capitale de l’Union Jack, la jeune femme propose des chansons charmantes, à peine plus acidulée que celles de sa collègue américaine, dont l’essence manque – chez l’une comme chez l’autre – de ce contenu personnel qui donne tant de force à une Marissa Nadler ou une Joanne Robertson. D’une forme peu révolutionnaire, les ritournelles de la brune songwriter trouvent heureusement sur le morceau-titre un écho plus inventif du côté de Joanna Newsom et des sœurs Cassidy. Outre cette relative concession à la modernité, la demoiselle prouve, et c’est remarquable, qu’elle n’est pas en reste d’americana, ni de Hope Sandoval (Runaway) bien que ça soit aussi beau que passager (Falling Star). Ses fausses expérimentations peinent cependant à convaincre (Hourglass, extrait lu du poème du 19è siècle The Wreck of the Deutschland par Gerard Manley Hopkins), perdues qu’elles sont entre la radicalité d’un Eyes Like Saucers et le conventionnalisme d’une Edith Frost, tout comme son interprétation du chant traditionnel George Collins manque de ce corps à corps dont sont capables les bien plus crédibles Isobel Campbell et Alasdair Roberts. Peut-être Samantha Marais devrait-elle se contenter du registre pop folk de Charcoal Man, là où elle excelle vraiment.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Samantha Marais The Peppermint Conspiracy (Butterfly Recordings / V2)

 

Les commentaires sont fermés.