19/05/2008

Héléna – Fraise Vanille

helena-fraisevanilleAlors comme ça, tu te disais que toi aussi, tu te le ferais bien, la p'tite Helena. Encore tout en érection depuis la scène du bain dans Ah! Si J'Etais Riche, tu guettais sa moindre apparition publique, tu te souvenais d'ailleurs, émotion fragile de maîtrise, que la belle – ah oui – s'était fendue d'une magnifique bossa dans Azul, parue en son temps sur un label qu'on nommait Tricatel. En ces temps-là, tu pensais encore que la variété française pouvait encore accoucher de paysages entre bleu tendre et rose acidulé, que le terme 'nunuche' était réservé aux poulet(te)s industriel(le)s © Star Ac' / Nouvelle Star et tu te sentis conforté dans tes propos sur Née Dans La Nature et son univers d'un romantisme grinçant de tendresse. Puis les choses se gâtèrent, sous l'effet d'un raz-de-marée moderne comme un discours de François Bayrou en 1972. Vincent Delerm (en guest sur Les Mots de Rien) commençait à fréquenter Michel Drucker, Bénabar renversait les années cinquante sur son lourdeau passage et la franchouille n'en finissait plus de se complaire dans un infect marasme anti-moderniste (San Severino, Olivia Ruiz, Thomas Dutronc… aargh). Alors, quand tu entendis l'écoeurante sucrerie de la compagne de Katerine, obligée de ressortir de leur formol les textes de Serge Rezvani (mais si, vous connaissez ces lignes Elle avait des bagues – à chaque doigt – des tas de bracelets  - autour des poignets), tu tirais un trait (définitif?) sur ses pseudo-artistes désobligeants de malhonnêteté intellectuelle.

 

Un disque : HélénaFraise Vanille (Universal)

Les commentaires sont fermés.