02/06/2008

Madrugada – s/t

madrugada-stGroupe culte en Scandinavie, où ses quatre premiers albums se sont vendus comme des bouteilles d’Aquavit (sans même parler du Live de 2005, un véritable triomphe), Madrugada ne change pas fondamentalement la donne de son rock sombre pour ce cinquième opus éponyme, dont la rumeur indique qu’il pourrait être le dernier en raison du décès du guitariste Robert S. Burås. Adeptes de chansons tourmentées à la violence contenue, le combo norvégien ne risque toutefois pas de réveiller les nostalgiques des fondamentaux 16 Horsepower, dont l’impeccable discographie ne fait que renforcer l’aspect pataud de Sivert Høyem et ses potes. Chant digne d’une congrégation de supporters de Molde, soli de guitare démonstratifs pour fans de hard rock nordique ou paroles insignifiantes en regard des textes habités de David Eugene Edwards (que ce soit pour 16 HP ou Woven Hand), cette musique n’intéressera que les romantiques aux gros biscotos qui ont viré leur cuti des Hells Angels. Tant pis pour Robert.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Madrugada s/t (EMI)

23:35 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madrugada, rock, critique, emi |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.