15/07/2008

Nicola Ratti – From The Desert Came Saltwater

nicolaratti-fromthedesertcamesaltwaterLa mention Kompakt est trompeuse. Non, cette eau salée surgie du désert ne vous fera pas danser tout l’été à la suite des magnifiques Gui Boratto et The Field, ce qui n’enlève rien à la qualité des compositions ambient – où la guitare joue un rôle prépondérant – de l’Italien Nicola Ratti. Truffée de micro-sons, tels ces bruits de boîte métallique traînée sur le sol dans Cartographic Acrobat, la musique du multi-instrumentiste transalpin tend toutefois à l’éparpillement impressionniste, peinant à trouver sa route au beau milieu d’une forêt peuplée d’arbres nommés Machinefabriek et Giuseppe Ielasi (ici au mastering). Plus à son affaire quand l’instrumentation laisse libre cours à des volutes empruntées aux Suédois de Tape (le début de Voluta Musica), Ratti rate son coup quand il veut transformer l’essai Supersilent en voulant le confronter aux cuivres d’Edgar Varèse. En dépit de moments délicieux (Coconut et son fantôme de Matt Elliott), l’essai demeure trop inabouti pour convaincre pleinement.

 

En écoute sur LastFM

Un disque : Nicola Ratti – From The Desert Came Saltwater (Anticipate Recordings / Kompakt)

Les commentaires sont fermés.