18/07/2008

The Terminals – Touch

theterminals-touchLe présent disque le prouve à son corps défendant, l’histoire de la musique pop est remplie d’injustices flagrantes. Récemment, nous vous narrions notre passion, jamais démentie, pour le grand Thierry Müller, dont les œuvres radicales et incantatoires continuent de hanter nos jours et de stimuler nos nuits. Les Néo-Zélandais de The Terminals n’ont pas dû attendre plus de vingt ans avant d’être réédités (il s’agit ici d’une réédition de leur album de 1993 Touch), ils sont en plus la chance de continuer trajectoire aujourd’hui (Last Days Of The Sun, LVD, 2007) placée dès le départ sous le signe du Velvet Underground et de leur jeu de guitares tellement identifiable. Parfois (Mr Clean), on songe aussi aux tout débuts des Pink Floyd, quand la folie de Syd Barrett emportait tout sur son passage et que, ravagée à grands coups de LSD, elle ne donne le tentaculaire The Piper At The Gates Of Dawn. Bien que le chant de Stephen Cogle ne soutienne pas toujours la comparaison avec ses illustres prédécesseurs, les arrangements – psychédéliques et défoncés à souhait – rehaussent de leur chaleur presque paranoïaque (ah, ces synthés analogiques !) des guitares au taux d’acidité redoutable, entre Rolling Stones façon Paint It, Black et Sonic Youth modèle 1981. Et comme de sagesse, nulle question, pourquoi se priver ?

 

En écoute sur LastFM

Un disque : The Terminals – Touch (Last Visible Dog Records)

Les commentaires sont fermés.