26/07/2008

Ultralibéral – L’Âge d’Or, Encore

ultraliberal-lagedorencoreAmi lecteur, toi qui dévores périodiquement les chroniques d’Octopus (et de ce blog), tu n’auras pas manqué de remarquer le profond attachement que nous éprouvons pour les sorties du label Nowaki (tel le splendide Walking, Sleeping, Breathing de Jessica Pavone), dirigé d’une main que nous imaginons aisément souple par Sébastien Llinares. A la guitare classique sur le présent projet Ultralibéral et accompagné de Marc Jolibois (platines, électronique, objets, field recordings), le boss de Nowaki nous entraîne dans un voyage aux confins des ambiances spectrales du Ghost Sonata de Tuxedomoon (en version lumineuse et intimiste, voire impressionniste), qui serait toutefois confrontée au monde secret de Christophe Bailleau et au jeu de guitare subtil de Takeshi Nishimoto (Nos Souffles Dans La Couleur Du Givre). Ornées de l’electronica d’une discrétion remarquable, sans qu’elle soit pour autant reléguée au second plan, les notes de Llinares ne sont cependant pas seules à peupler l’album, qui nous fait même entendre des atmosphères recueillies – au sens mystique du terme – sur fond de Traviata(!). Et c’est bien le reproche que l’on pourrait adresser à L’Âge d’Or, Encore, c’est d’être trop décousu pour pouvoir pleinement convaincre. En dépit de qualités instrumentales évidentes, chez l’un comme chez l’autre des forces en présence, qui donnent déjà envie de découvrir son successeur, le tout récent Unshock The Monkey.

 

Un disque : Ultralibéral L’Âge d’Or, Encore (Nowaki)

Les commentaires sont fermés.