29/09/2008

Disguises lève le masque

disguises-postmortemdepressionComplètement bordélique et encore plus à l’ouest que la frontière entre le Yukon et l’Alaska – point le plus occidental de leur Canada natal – le rock post moderne, tendance noise do-it-yourself, des quatre de Disguises transperce de tout son venin paranoïaque les simili-musiciens pop rock qui nous cassent les oreilles depuis un paquet d’années. Là où l’aspect subversif des très crétins Malibu Stacy doit se limiter à oser se foutre un doigt à la confiture de rhubarbe dans le pif en plein milieu du soundcheck au Centre Culturel Guy Mathot, les sombres nuages tapissant l’univers du groupe de Toronto parleront d’évidence aux cinglés du bulbe qui adorent se plonger les viscères dans un bain d’acide Burial Hex vs Prurient, à moins que ce ne soit Drifting Bears Collective vs Yellow Swans. Hell yeah.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Disguises Post-Mortem Depression (Wintage)

Les commentaires sont fermés.