06/10/2008

Raster-Noton au sommet

alva_noto_01Du haut de ses douze ans d’âge, le label allemand Raster-Noton se porte tel un charme, merci pour lui. Cultissime (à l’image de Mille Plateaux ou Expanding Records)  pour toute une génération de fans d’electronica minimaliste, la maison co-fondée par Frank Bretschneider, Carsten Nicolai et Olaf Bender refait parler d’elle, par la grâce des deux derniers cités, dissimulés sous leurs pseudonymes respectifs d’Alva Noto et Byetone. Pour deux albums à classer d’urgence dans le top du genre, en 2008 comme dans les futures aventures de notre époque. Et des suivantes, tenez-le vous pour dit.

 

Né un soir de 1996 de l’imagination fertile de ses trois colistiers, par ailleurs amis proches de Wolfgang Voigt et Achim Szepanski (que des gens de bonne compagnie), la structure germanique est également connue, au-delà des remarquables qualités musicales de ses sorties, pour le minimalisme – mot-clé pour mieux appréhender son univers – frigorifiant de son esthétique visuelle, généralement très géométrique. Les deux dernières fournées ne faisant pas exception à la règle (les critiques vont suivre), qu’elles ne vous empêchent pas de faire l’effort – certes indispensable mais il est pleinement valorisant – d’approfondir le catalogue maison, remplie de pépites dont nous relèverons en toute subjectivité l’artiste sonore russe (basé à Stockholm) Ivan Pavlov, alias CoH (et dont l’acronyme cyrillique signifie ‘rêve’ en russe, pour la petite histoire). Et qu’elles vous donnent surtout l’envie de vous plonger, tête nue et corps tout entier dévoilé, dans une stratosphère de peu de fureur et de beaucoup de bruits étranges, click ‘n cuts sans concessions pour l’un, techno très minimale pour l’autre.

Les commentaires sont fermés.