11/10/2008

Setting Sun – Children Of The Wild

Setting Sun-ChildrenUn bref flashback s’impose en ouverture de ces Enfants de la Vie Sauvage, troisième effort du musicien californien Gary Levitt sous le nom de Setting Sun. Assisté d’Erica Quitzow, auteur – et c’est là que nous voulons en venir – du très gratifiant électro-pop arty Art College sur le même label Young Love RecordsLevitt n’a guère son pareil dans la composition de chansons pop imprégnées de l’héritage anti folk des Moldy Peaches et du génie mélodique des Beatles, le tout en version West Coast. Complètement à l’ouest – forcément – dans sa recherche de vraies chansons, empreintes d’une classe désinvolte qui ne vous lâche plus, le disque flanque une branlée sans nom aux tentatives minables de The Thrills de se faire une place au soleil (couchant, of course), tant la haute tenue musicale de son contenu – que ne renieront pas les adeptes de Raymondo, voire du Nirvana acoustique – se marie admirablement d’une modestie intelligente que ne comprendra jamais les bêlants de toute cette scène francophone qui s’essaie péniblement in English dans ze text. C’est bien simple, on a beau se repasser les onze titres depuis des semaines, rien ne parvient à gâcher le moindre d’entre eux et pour tout dire, on désespérait depuis longtemps de renouer avec un disque pop d’un tel niveau mélodique.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Setting SunChildren Of The Wild (Young Love Records)

Les commentaires sont fermés.