24/11/2008

Myra Davies – Cities And Girls

myradavies-citiesandgirlsEn cette année électorale américaine où une illuminée défend(ait) becs et ongles l’interdiction de l’avortement, même en cas de viol (on ne vous en voudra pas de gerber sur votre écran de PC), une simple chanson peut suffire à faire des miracles d’émotion politique. Sous des dehors très early sixties girlie pop, My Friend Sherry de l’artiste spoken word Myra Davies défend d’une rage tout en retenue les affres de notre époque soi-disant moderne. Fille en cloque qu’on laisse crever dans un avortement clandestin, l’histoire terriblement d’actualité (hélas) de la Sherry du titre nous fait dire que les cinglés ne sont pas près de dégager le plancher. Comme sur la majorité des autres morceaux, la musique de l’essentielle Gudrun Gut tient le haut du pavé, accompagnant en toute humilité les textes parlés de la poétesse canadienne, sur des thèmes aussi variés qu’une vision impressionniste de Berlin (Rain) ou la visite des femmes qataries voilées jusqu’aux yeux au centre commercial local (Qatar). Pour notre part, nous avons particulièrement goûté la dégustation d’un café au Vietnam (Hanoi, titre génial sur une musique de Beate Bartel (la première bassiste des Einstürzende Neubauten), accompagné d’un dan bau, instrument vietnamien traditionnel) ou la description de la ville de Calgary à la fin du 19è siècle (Calgary). Entre autres atmosphères (très) délectables.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Myra Davies Cities And Girls (Moabit Musik)

Les commentaires sont fermés.