21/12/2008

LEMUR – IIIIIII

lemur-IIIIIIIFormat peu usité en les pages de RifRaf et nettement plus fréquenté dans les pattes de l’Octopus, la musique expérimentale improvisée des Norvégiens de LEMUR se révèle complètement fascinante, avis à tout lecteur guère habitué à la fréquentation du genre. D’une totale liberté stylistique, le quatuor d’Oslo (flûte, cor à pistons, violoncelle, contrebasse) choisit de ne pas choisir entre composition moderne, free jazz, improvisation noise et musique de chambre, laissant libre court à des inspirations sensationnelles, de leurs compatriotes de Supersilent (impossible de ne pas y songer) à l’école viennoise du début du 20è siécle (Berg et Webern surtout), sans oublier Giacinto Scelsi ou Derek Bailey. D’une grande variété dynamique, les quatre Scandinaves étonnent de part en part du disque – première sortie du label +3dB, qui s’annonce passionnant – à fortiori quand on sait qu’il a été enregistré en une seule session. Confondante de naturel, leur spontanéité est marquée au fer rouge d’un sens de la recherche jamais gratuite, où chaque instrument prend le relais de son frère d’arme sans chercher à impressionner la galerie par des effets spectaculaires ou déplacés. Immense disque, tout simplement.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : LEMUR IIIIIII (+3dB)

23:16 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jazz, critique, experimental, lemur, 3db |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.