17/01/2009

Murcof – The Versailles Sessions

Murcof – The Versailles SessionsElle n’est plus à faire, la réputation de Fernando Corona, les organisateurs des Grandes Eaux Nocturnes l’ont bien compris. Invité dans le cadre de l’édition 2007 de ce festival sons et lumières autour des pièces d’eau du château de Versailles, le génial Murcof s’est inspiré des musiques baroques jouées du temps de la splendeur des lieux voulus par Louis XIV, ses six compositions électroniques s’inspirant d’enregistrements de musique baroque jouée sur instruments itou (clavecin, viole de gambe, violon, flûte…). A peine moins captivantes que les atmosphères spatiales de son magique album Cosmos, les six œuvres du musicien mexicain forment un pont absolument sensationnel entre quatre siècles que tout semble séparer et qui n’ont jamais paru si proches. Telle l’ouverture Welcome To Versailles, d’une renversante beauté qu’on souhaiterait sans fin, le nouvel opus de Corona témoigne d’une maîtrise supérieure de son environnement. Au lieu de se laisser aller à une contemplation majestueuse des lieux, ce que la facilité aurait recommandé, l’homme de Tijuana (et résidant barcelonais) met le doigt sur les contradictions de son décorum, explorant les tourments de ses habitants, jusqu’aux plus célèbres (Louis XIV’s Demons). Quand une mezzo-soprano intervient, son lyrisme enchante d’une beauté vocale surréelle, hors de toute joliesse décorative (A Lesson For The Future, Farewell To The Old Ways), avant qu’un choc intercosmique entre clavecin et laptop inquiète autant qu’il séduit de son obscurité fertile (Spring In The Artificial Gardens). La conclusion – la célèbre Turquerie de Jean-Baptiste Lully mise en regard d’une discrète pulsation contemporaine – confirme l’opportunité absolue d’un projet mené de main de maître.

 

Un mp3 : Murcof Louis XIV’s Demons

Un disque : Murcof The Versailles Sessions (The Leaf Label)


Get a playlist! Standalone player Get Ringtones

Les commentaires sont fermés.