06/02/2009

Telepathe – Dance Mother

telepathe-dancemotherA moins d’un long séjour hors de toute civilisation – lisez Internet – vous n’avez pu passer à côté de ce premier album de Melissa Livaudais et Busy Gangnes, alias Telepathe. Chaude comme la braise, la hype entourant le duo new-yokais ne risque hélas guère de flamber à l’écoute de ce Dance Mother, tant pis si la présente chronique vous fait du mal. En dépit de forts relents du trio Au Revoir Simone en balade du côté de Tilly & The Wall et de Mates of State (références incontestables s’il en est), on reprochera aux deux demoiselles de Brooklyn  – c’est là le gros hic – des mélodies parfois paresseuses, notre paire de jouvencelles préférant centrer ses humeurs électro-pop sur des claviers vintage (pour la petite histoire, ils appartiennent à Dave Sitek des TV On The Radio) percutés par des infra basses dub trop propres sur elles pour pleinement convaincre. Une ou deux – vraies – chansons sortent toutefois du lot, à l’image du très touchant Can’t Stand It, aux très réussies harmonies vocales en guise d’adieu à Simone, tout comme le Michael enchaîné (non, rien de BDSM là-dessous). Pour au final, une déception relative mais sans ambages.

 

Un disque : TelepatheDance Mother (V2)

 

 


Chromes on It - Telepathe

I Cant Stand It - Telepathe

Les commentaires sont fermés.