28/02/2009

Humcrush – Rest At Worlds End

humcrush-restatworldsendInutile de le rappeler – si, quand même – la Norvège est sans doute le pays où le jazz prend ses extensions les plus intrigantes, elles en sont d’autant plus redoutables d’inventivité. On ne le répétera jamais assez, le tout récent IIIIIII du quatuor Lemur, fort d’un équilibre magique entre ses membres, est un disque à mettre entre toutes les oreilles un jour tombées sous le charme de Supersilent. Membre du plus célèbre des combos de jazz expérimental du pays des fjords, son claviériste Ståle Storløkken est associé au batteur / compositeur Thomas Strønen sur ce projet Humcrush, dont le présent est le reflet de performances de concert données aux quatre coins de la patrie de Erlend Øye. Musicalement, la collaboration entre les deux musiciens fonctionne à merveille, la batterie de l’un, tantôt plus percussive, tantôt plus caressante, trouve un contre-point idéal en les claviers du second. Très variées sont également les atmosphères, entre secousses à la MoHa! ou à la 16 17, abstractions presque ambient et dynamisme supersilencien, et ces quelques lignes rendront sans doute une bien faible justice à la créativité infinie d’un duo qu’on espère voir passer en nos terres un de ces jours.

 

Un disque : HumcrushRest At Worlds End (Rune Grammofon)

Les commentaires sont fermés.