27/04/2009

Gui Boratto – Take My Breath Away

guiboratto-takemybreathawayEt dire qu’il a fallu attendre la trentaine de Gui Boratto (né en 1974) pour qu’il daigne nous proposer le résultat de ses recherches sonores. C’était en 2007, rappelez-vous, son magnifique Chromophobia sous le bras, le producteur brésilien enflammait la planète de sa classe techno folle, elle faisait danser comme elle subjuguait de ses merveilleuses textures. Au menu 2009, le maître brésilien du dancefloor remet le couvert minimal, ses beats sont toujours aussi prenants aux guibolles – sans jamais être assourdissants ou martiaux, ses harmonies répétitives témoignent plus que jamais d’une maîtrise incomparable des éléments, dont le point culminant est incontestablement le très sexy Atomic Soda et ses bourdonnements érotiques, ainsi que le fascinant travail de superposition des couches de No Turning Back, complètement hypnotisant. On regrettera, pour faire le difficile, quelque héritage douteux du passé, tels les sonorités synthétiques de Colors, ce serait faire bien trop de cas de ce titre tout à fait mineur. Aussi à l’aise dans l’electro-pop, c’est la nouveauté de l’album par rapport à son devancier (Azurra), que dans la techno, voire dans l’ambient (Les Enfants), le nouveau cru Boratto témoigne de l’ouverture d’un esprit libre qui ne se refuse à aucune chapelle, quitte à décevoir les fans de la première heure.

 

Un disque : Gui Boratto Take My Breath Away (Kompakt)


Atomic Soda - Gui Boratto

Azurra - Gui Boratto

Les commentaires sont fermés.