30/04/2009

Miss Kittin And The Hacker – Two

Miss Kittin And The Hacker – TwoLe pénible souvenir d’un Batbox encore présent dans nos mémoires, on attendait sacrément la Miss Kittin au tournant. Les vieilles casseroles faisant les meilleures (?) soupes, Caroline Hervé retrouve son concitoyen grenoblois Michel Amato aka The Hacker, histoire de reformer le duo gagnant de l’époque First Album, sorti voici déjà huit ans. Le hic, c’est que refaire le coup de l’electroclash en 2009 (The Womb), c’est comme s’imaginer en punk hero dans le garage de papa maman quand ils ont viré le 4x4 pour sortir mémé Alberte au lac de Genval, ça ne le fait pas (du tout). La tentative électro-pop 1000 Dreams, bien que raide (la Miss n’étant pas la chanteuse du siècle), passe un peu mieux le cap de la seconde écoute, tout comme le gimmick villalobossien de PPPO. Puis, le duo de l’Isère se lance dans un hommage à la rythmique kraftwerkienne, elle soutient des synthés morodoriens aériens et planants, ainsi qu’une ligne de chant digne de ce nom qui fait de Party In My Head un sommet de l’album. Ce n’est pas le cas de l’EBM de seconde zone de Indulgence, qui fait plus rire que hurler, sans parler de l’épouvantable reprise du Suspicious Minds d’Elvis, sur lequel on fantasme une Donna Summer qui n’arrive jamais. On se consolera en mettant ses Ray Ban en repensant au Fade To Grey de Visage, quelque part en notre époque.

 

Un disque : Miss Kittin And The Hacker Two (Nobody’s Bizzness)


PPPO - Miss Kittin & The Hacker

Indulgence - Miss Kittin & The Hacker

Les commentaires sont fermés.