13/08/2009

The Fatales – Great Surround

The Fatales – Great SurroundProfondément ancrée dans une époque qui nous transpose vingt-cinq ans en arrière, au bas mot, le rock sombre de The Fatales nous laisse perplexe. Derrière ses batailles de wave (cold vs new) déballées sur fond de guitares brumeuses, le chant de Wayne Switzer s’emporte dans des tourments dark à rendre jaloux des Interpol en pleine crise existentialiste (ah, ces nappes de synthés pour faire planant !).

Tout n’est cependant pas noir – quelle couleur, sinon ? – sur ce premier opus, décoré d’une belle pochette signée du peintre flamand Valerius De Saedeleer. Globalement, les lignes mélodiques tiennent la route, à commencer par l’expressionniste Evergreen et ses élans lyriques dignes d’Arcade Fire épris de Radiohead. Les arrangements, calibrés sur des guitares aux contours usés ou un piano soi-disant romantique, fleurent – hélas – trop la verve pompiériste des années post-Muse pour nous intéresser durablement.

 

Un disque : The Fatales Great Surround (Monopsone)

12:55 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rock, pop, critique, monopsone, the fatales |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.