23/11/2009

Le Loup – Family

LeLoup-FamilyLame de fond de ces dernières années, il suffit de voir les foules se bousculant aux concerts, la pop psychédélique aux belles harmonies vocales fait partie intégrante du paysage indie (presque) mainstream. Entre les expérimentations toujours audacieuses (les givrés Animal Collective), recyclage intempestif faussement osés (la relative déception Fuck Buttons sur leur second opus) ou vision arty folk des Beach Boys (Grizzly Bear, Fleet Foxes), la fratrie des babas s’agrandit chaque jour, très perceptiblement.

Second opus des Américains de Le Loup, Family promettait beaucoup, notamment à tous ceux, nombreux, qui s’étaient entichés des chœurs mirifiques du premier effort éponyme des Fleet Foxes ou de la bande à Avey Tare & co sur leur ultime livrée Merriweather Post Pavilion. Qui savent désormais qu’ils doivent compter sur la concurrence Sam Simkoff et ses musicos libérés. Car nos attentes sont pleinement satisfaites. Bien que très référencés, les morceaux du Loup tournoient et virevoltent, magnifiés d’oripeaux harmoniques pêchés dans l’étang où se nourrissent ici un Panda Bear, là un DeVotchKa (Grow). Très dynamiques, les compositions de Simkoff trouvent aussi un écho en l’americana des grands espaces, échos d’un banjo lumineux en sus (Morning Song), tout en n’oubliant le travail de synthèse, admirable, de toutes les références déjà citées. Un des disques de l’année pop ? Indeed.

 

Un disque : Le Loup – Family (Talitres)


Beach Town - Le Loup

Grow - Le Loup

22:19 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folk, pop, critique, psyche, le loup, talitres |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.