29/11/2009

Hapsburg Braganza – Hatchling

hapsburgbraganza-hatchlingLe rendez-vous était fixé un soir de septembre 2009, en la demeure bruxelloise de M. Sylvain Chauveau. Les usages respectés et passés, des mini-performances de deux minutes maximum, dont celle fantastique de Pierre-Yves Macé, le temps était venu de lier connaissance. Et jour de chance, parmi la trentaine de présents, le Liégeois (établi à Gand) Yannick Franck était du voyage, il avait même emporté une pile de la dernière sortie – en 300 exemplaires – de son label Idiosyncratics.

Sous le couvert de l’étrange pseudo Hapsburg Braganza se cache l’Anglais de Newcastle Phil Begg. Adepte des collages sonores, notre homme nous offre une seule pièce de quarante minutes, particulièrement dense et intense. Peuplés de field recordings qui rappellent de toute évidence la musique concrète de Francisco Lopez, surtout lors de la première partie, les paysages sonores de Hatchling passent d’une pluie cinématique à des grincements hitchcockiens. Inquiétantes, les atmosphères évoluent de façon presque impalpable, mais réelle, vers une vision de plus en plus liquide, où la beauté sonore passe de flux en reflux, avant l’averse. Petit à petit, un drone organique surgit du mur d’eau et le souvenir des Nocturnal Emissions et de Charlemagne Palestine refait surface, pour ne plus nous quitter. Et on en redemande.

 

Un disque : Hapsburg Braganza Hatchling (Idiosyncratics Records)

Big Mouth - Marie Flore - Severin

Johnny - Constance Verluca - Severin

Les commentaires sont fermés.