29/11/2009

Séverin – Cheesecake

severin-cheesecakeVéritable spécialité frenchie, faire chanter des filles, sexy et troublantes de préférence, ne date pas d’hier. Récemment, les pénibles compilations Nouvelle Vague nous ont valu des relectures parisianistes de classiques eighties dont sont surgies la surestimée Camille et l’inconsistante Mélanie Pain. En remontant davantage le temps, le nombre d’égéries mises en avant par le grand Gainsbourg himself frise la partouze (remarquez, on aurait bien voulu en être).

Jeune auteur-compositeur parisien que le dossier de presse nous présente ‘chef d’orchestre dans un petit costume rouge’ – comme quoi on se fait remarquer comme on peut  Séverin invite quatorze créatures féminines, les unes plus connues (Constance Verluca, Marina des Bondo de Role) que d’autres. D’une tenue pop globalement médiocre, au sens étymologique du terme, le disque varie entre mièvreries neuneuïsantes (Big Mouth pour Marie Flore), voire post-Coldplay (arrrrgh, ça s’appelle Tears Of The Morning pour Martina Björn) et gros clichés sixties pour lecteurs de Télérama (Les Lignes De La Main pour La Fiancée, Johnny pour mamzelle Verluca). On passe son chemin sans s’attarder.

 

Un disque : Séverin – Cheesecake (Cinq7 / Wagram)

Les commentaires sont fermés.