26/05/2010

Toog – Goto

toog-gotoSource d’inspiration des artistes, le trafic automobile n’a cessé d’inspirer les artistes, de Charles Trénet à sa Nationale 7 (et les reprises fendardes des Honeymoon Killers et Stereo Total) à Philip Glass (certaines séquences de Koyaanisqatsi). Dans un genre plus grinçant, Gilles Weinzaepflen, alias Toog, aborde le thème avec une distance électro-pop dada – think Felix Kubin vs Matmos – totalement bienvenue. Mêlant des field recordings (klaxons) à des musiques qu’on aurait très bien entendues sur Gagarin Records, Toog pose les bonnes questions (Où Va La Vie ?’, L’Esprit de l’Inventeur) tout en se gardant bien d’un tirer un discours pseudo-philosophique abscons (pour ça, regarder BHL trente secondes sur YouTube suffit). Derrière son dilettantisme en trompe-l’œil, le savoir-faire du bonhomme est immense. Parvenant à traiter de sujets sérieux avec la légèreté onirique d’un François de Roubaix, Weinzaepflen insuffle une énorme part d’humanité dans la multitude de ses influences. Citant Jean-Jacques Perrey tout comme il décorne Katerine (les drolatiques Ebréché et La Chambre Noire), l’homme de Mulhouse nous amène – sans coup férir – à la question : et si on tenait un nouveau Bertrand Burgalat ?

 

Un disque : Toog Goto (Karaoke Kalk)

Les commentaires sont fermés.