21/10/2010

Admiral Radley – I Heart California

AdmiralRadley-IHeartCalifornia.jpg

Admiral Radley ou quand deux moitiés font l’unité, belle et cohérente, on ne peut que se réjouir. Evidemment, les forces en présence – Jason Lytle et Aaron Burtch de Grandaddy, ainsi qu’Aaron Espinoza et Ariana Murray d’Earlimart – promettaient de beaux lendemains, ils ne nous déçoivent nullement. Témoins d’une indie pop qui rend un hommage au regretté Denis Wielemans d’autant plus séduisant qu’il est involontaire (on doute que la bande de Braine-l’Alleud ait trouvé un écho jusqu’en Californie), le dynamisme mélodique balance son cœur de beurre entre déclinaisons mélancoliques (le morceau-titre) et cavalcade drolatique (Sunburn Kids). Au-delà de l’aspect mélodique évident sur une grande majorité des titres, les grands noms d’une Amérique moderne (et bien au-delà) peuplent de leur écho inconscient les pages de ce très bel opus. Quelque part au centre d’une vaste plaine où des échos exotiques à la Dirty Projectors ouvrent une valse à la Matt Elliott au son de la voix suave d’Ariana Murray (The Thread), l’ambiance musicale dépote sans fausse pudeur le manque d’ambition de nombre de projets contemporains en matière d’harmonies (les très putassiers Editors, anyone ?). Au-delà du simple exercice de name dropping (Ariel Pink, Yo La Tengo, place your bet), la fusion des deux groupes en présence imprime une révélation marquante sur le cervelet et, à l’occasion, les guiboles.

 

Un disque : Admiral Radley – I Heart California (Admiral Radley)

 

Les commentaires sont fermés.