30/01/2011

Marcus Schmickler – Palace Of Marvels (queered pitch)

marcusschmickler-palaceofmarvels.jpgQuoi de mieux pour démarrer une année électronique qu’un disque de Marcus Schmickler – rappelez-vous, l’auteur du fondamental Altars Of Science paru en 2007 et dont les frétillements à la Florian Hecker n’ont eu de cesse de combler les trois années qui le séparent du présent Palace Of Marvels’. En dépit d’un titre qui n’évoque guère la modestie, l’ambition est à la hauteur des enjeux. Héritier spirituel du BBC Radiophonic Workshop et de la Kosmische, le morceau d’ouverture New Methodical Limits Of Ascencion envole dans la stratosphère des volutes où sensualité et expérimentation se caressent le bout du nez. C’est d’ailleurs tout le miracle des douze compositions de ce disque, aux multiples et volubiles trompe-l’oreille. Réinventant l’art de Roger Shepard, créateur de la gamme qui porte son nom où les sons donnent l’illusion de monter ou descendre indéfiniment, le musicien allemand sublime à chaque seconde l’envie de se projeter au-delà d’un cyberspace névrotique. Terriblement hypnotiques, certains titres finissent par rendre maboul, tant leurs tournoiements impriment un effet indélébile sur le cortex – on songe en particulier au troisième titre Risset Brain Hammer. En d’autres instants, un drone maléfique vire à l’incantation nihiliste, c’est toutefois sans compter sur la carrure post-ligetienne de Charm/Anticharm, réponse en tous points remarquables à l’œuvre pour orgue de Bach passée au crible de l’incroyable Acid In The Style Of David Tudor du déjà nommé Florian H. Arrivé trop tard pour figurer dans notre Top 10 de l’année écoulée, la bête aurait trouvé sans le moindre souci sa place sur le podium aux côtés de zeitkratzer/Whitehouse ou Lene Grenager.

 

Un CD/2 LP : Marcus Schmickler – Palace Of Marvels (queered pitch) (Editions Mego)

Les commentaires sont fermés.