09/03/2011

Duffstep – Getting To Sirius

duffstep-getting-to-sirius.jpg

Conjonction d’un style (le dubstep, au sens élargi du terme) et d’un nom (l’Anglais Jeremy Duffs), le simple nom de Duffstep pourrait très bien figurer au rang des incontournables du genre, aux côtés des extraordinaires Mount Kimbie et de leur incontournable Crooks & Lovers (en bonne place des les tops 2010). Pêcheur de galaxies post-Benga, défricheur d’ambiances où le mortifère transperce ses lézardes de rayons ultraviolets, le producteur anglais inspire, dès la première écoute, un sentiment d’abandon noctambule vivace et enveloppeur. Inspiré, puisant aussi bien dans la scène UK garage des années 2000 que dans les musiques électroniques dansantes des deux décennies précédentes, son premier opus balance une sacrée carte de visite sur le dancefloor. Même si les schtroumpfs grognons sursauteront face à tel ou tel gimmick trop voyant (un clin d’œil au disco par ci, une suavité lounge jazzy par là), ils resteront globalement scotchés devant le mariage fiévreux, voire improbable, des multiples composants du lieu. Telle une gageure citant Kode9 auprès d’un… Robert Wyatt baléarique, tout en n’ignorant pas FaltyDL et Ultravox, Duffstep ose et impose, quitte à chiffonner les bonnes consciences en mal de vécu sentimental.

Un disque : DuffstepGetting To Sirius (Join The Dots)

04 On & On by Duffstep

Les commentaires sont fermés.