29/03/2011

Lucian Maggiore & Francesco fuzz Brasini – Chasm Achanes

chasm260.jpgEmbarquement immédiat pour une étrange odyssée narrée sur une seule piste de 35 minutes. Elle démarre, c’est entendu, sur un bourdonnement étiré, telle une sirène de bateau adaptée par Phill Niblock à l’aide d’une multitude d’ingrédients. Imaginée par les Italiens Francesco "fuzz" Brasini et Luciano Maggiore, l’aventure peine cependant à gravir les échelons. Développées en des boucles de trente secondes chacune, les variations sur un même thème des artistes de Bologne amènent bien vite à se poser la question de l’opportunité de la démarche. En dépit d’interventions qui captent l’attention, elles incarnent un psychédélisme en mutation concrète qu’on aurait aimé plus présent dans le mix final, un rapide sentiment de lassitude s’installe, que ne comble pas totalement une conclusion digne pourtant du magnifique Oren Ambarchi.

 

Un disque : Lucian Maggiore & Francesco fuzz BrasiniChasm Achanes (Boring Machines)

Rotterdam – Cambodia

Everest RecordsAutant néerlandais que le combo australien Architecture In Helsinki était finlandais, le duo viennois Rotterdam a patienté dix longues années d’expérimentation avant de nous offrir ce premier opus, auquel nous adhérons sans guère de réserves. Le plus captivant dans l’histoire de ce Cambodia, qui, vous l’avez deviné, n’a rien d’Indochine (la bande de neuneus, hein) ? Les pulsations, mon Gaston, hypnotiques et au-delà de toutes les conventions. D’entrée de jeu, Susanne Amann (violoncelle, flûte, électronique) et Michael Klauser (guitare acoustique, électronique) nous scotchent au dossier, à la faveur d’un Cool Bum Bum à faire tomber les pucerons arrimés aux ouvrages de Radian. Tout, pourtant, devrait concourir à faire des six pièces de l’album une master class en monotonie rythmique – dont une répétitivité qui confine à l’obsession post-No-Neck Blues Band vs Kapital Band 1. Toutefois, la paire autrichienne remporte le pari, haut la main. Intégrant des tempos rapides qui s’entrelacent au contact d’une guitare qu’on jurerait amoureuse des tablas de Ravi Shankar (Sup Sup), les divagations sensuelles du duo aus Wien explosent les canevas sans jamais parader inutilement. Imposant l’évidence de leur conviction d’un naturel déconcertant, Amann et Klauser sont, peut-être, moins à l’aise quand ils invitent l’obscurité à leur table (Eckig), ce ne sont que détails. Le flambeau est bien vite repris de main de maître sur un morceau-titre qui rend maboul par ses deux notes répétées à l’infini. Évidemment, contexte aidant, la techno minimale trouve une place naturelle largement au-delà des clichés dancefloor (Rotterdam) tout comme des rythmes africains étonnamment intitulés… Berlin. Au final, on en redemande tant et plus !

 

Un disque : RotterdamCambodia (Everest Records)

24/03/2011

Stuart Sweeney – 16:9

Stuart SweeneyEntre échos surprenants et lignes venteuses, 16:9 du Britannique Stuart Sweeney est à découvrir sur le Grisli.

 

Un disque : Stuart Sweeney16:9 (Oomff)

The Banjo Consorsium – A Turning One

Mariage déroutant (ou pas)banjo_consorsium-turning.jpg entre la musique folk nord-américaine et l’electronica tendance pop ambient, A Turning One dévoile, après une période d’adaptation nécessaire, de très jolies choses. Œuvre du Québécois The Banjo Consorsium, alias (on s’accroche au manche) Jacques-Philippe Lemieux-Leblanc, le disque inscrit dans ses gênes dans les pas des songwriters d’outre-Atlantique (M. Ward vient directement à l’esprit), à l’instar du finalement très pop hymne Burning Feet en ouverture des (pacifiques) hostilités. Là où la démarche gagne en individualité, c’est quand les échos digitalisés de Taylor Deupree ou Ghislain Poirier s’invitent à l’unisson. A l’instar des superbes travaux du Breton de Belgique Christophe Bailleau aux côtés du baroudeur folk américain Neal Williams, mais en mode solo uniquement, Lemieux-Leblanc imprime une touche électronique, la sienne penche toutefois très nettement du côté de l’electro-pop façon Fedaden (tiens, une des autres signatures Nacopajaz). Quelques accrocs, toutefois, viennent perturber l’harmonie. On note sur Name April une incongrue intervention de cordes synthétiques douteuses ainsi qu’un démarrage traînant en longueur sur Rocky (mais la machine lancée, elle est d’une vigueur inarrêtable).  Au-delà de ces quelques regrets, les quelques titres chantés, notamment la très Under Byen-like collaboration Until Morning avec la vocaliste danoise Sara Savery sont totalement délicieux. Extrêmement accessible, en tout cas parfaitement mélodique, les douze morceaux méritent bien davantage qu’un simple crochet distrait.

Un album (download only) : The Banjo ConsorsiumA Turning One (Nacopajaz)

22/03/2011

Hot Club – Straight Outta Bagnolet

hotclub-straight.gifTotale bizarrerie où le free jazz percute le turntablism, le délirant Straight Outta Bagnolet du quatuor Hot Club est un des disques les plus improbables – et éthyliques – de ce début d’année. Œuvre de mecs frappés du bulbe, ils sont tout sauf manchots insipides, Alexandre Bellenger (platines), Jac Berrocal (voix, trompette), François Fuchs (contrebasse) et Dan Warburton (violon) ont sans doute pris un énorme pied à enregistrer leurs versions des chansons favorites de Berrocal – un plaisir que nous partageons à chaque écoute. Improvisant sans la moindre timidité ni gêne sur les chansons préférées du jazzman hexagonal, des vieux titres très chanson française des années cinquante (mais aussi Jeane Manson et son Fais-Moi Danser, massacré et c’est vraiment à se tordre de rire !), le quatuor franco-britannique laisse libre cours à ses instincts du moment. Captés, vous l’aurez deviné, quelque part en banlieue parisienne, d’où son titre rigolo, leurs instants décochent les mâchoires plus souvent qu’à notre tour. Allant jusqu’à revendiquer l’héritage d’une jeune Brigitte Fontaine qui interprèterait à sa grinçante façon la liturgie catholique, Berrocal s’en donne à cœur joie – même si le violon de Warburton est d’une justesse, disons, surprenante. On ne sait dans quelle mesure l’alcool a coulé à flots mais l’esprit y est.

Un LP : Hot ClubStraight Outta Bagnolet (Monotype)


podcast

19/03/2011

Britta Persson – Current Affair Medium Rare

brittapersson-current.jpgUn aller simple vers Uppsala, ça tente quelqu’un ? Le voyage, pour alléchant qu’il soit, mérite toutefois une mise en garde de la plus haute solennité. Sur place, quelque part dans l’est de la Suède, une certaine Britta Persson doit tenir le haut du pavé des gazettes people locales, qui doivent être friandes de jeunes femmes à la garçonne adeptes d’un pop rock passe-partout qui bouffe à tous les râteliers. Un p’tit coup de, gloups, Avril Lavigne à droite, une grosse branche de je-suis-jeune-et-pas-trop-moche-et-je-veux-devenir-célèbre à gauche et partout ailleurs, la recette est tellement fade et repassée que ça n’éveille que haussement d’épaules confus. Sinon, il paraît que ça cause de suicide et de mariages ratés et, si ça vous branche vraiment, Uppsala est à une heure de route de Stockholm. Faudra pas revenir au pays la queue entre les jambes après ça, hein.

Un disque : Britta PerssonCurrent Affair Medium Rare (Selective Notes)

17/03/2011

Conquering Animal Sound – Kammerspiel

ConqueringAnimalSound–Kammerspiel.jpgDuo mixte de Glasgow dont on reparlera – ou pas – au pays de Hanne Hukkelberg (et ailleurs, plus au sud), Conquering Animal Sound entrevoit la vie sur un fil gracile, en équilibre aussi charmant que précaire. Apprivoisant la folktronica scandinave repassée du côté de Stina Nordenstam, Colleen et Taxi Taxi, Anneke Kampman (voix) et James Scott (musique) poursuivent consciencieusement, à défaut de génialement, un chemin tout tracé vers la terre des elfes enchanteurs – encore que sur le coup, ils aient une rude tendance à la paillasse. Prise il y a dix ans, la formule nous aurait probablement conquis, aujourd’hui elle ne suscite plus qu’écoute distraite et blasée.

Un disque : Conquering Animal SoundKammerspiel (Gizeh Records)

CONQUERING ANIMAL SOUND - Kammerspiel by Gizeh

16/03/2011

Lorenzo Senni – Dunno

lorenzosenni-dunno.jpg

Masterisé par Marcus Schmickler (et ce n’est nullement un hasard), Dunno est la première étape discographique de Lorenzo Senni, jeune (27 ans) producteur italien fondateur du label Presto!? – maison qui a déjà accueilli en son sein des noise heroes aussi prestigieux que Lasse Marhaug, Lawrence English ou Carl Michael Von Hausswolff.

Sans ambiguïté ni compromission, les dix pièces proposées par l’artiste milanais offrent un pendant actuel – et cependant daté – aux premières heures de l’officine autrichienne Mego, avant sa reconversion en Editions (en gros la période tournant du millénaire de la structure fondée par Peter Rehberg). Parmi tous les radicaux libres ayant eu droit de cité en la boutique viennoise, celui de Yasunao Tone & Hecker ou de Gert-Jan Prins.sont les plus évidents à l’écoute d’une majorité de titres (dont Glowsticking ou http://www.youtube.com/watch?v=epBgHEFbrlg&feature=re..., clickez le lien, il fonctionne !) Toutefois, au-delà de la réelle abstraction bruitiste manifestée par l’électronicien transalpin, d’autres atours pointent le bout de leur nez – à commencer par quelques clins d’œil discrets (mais réels) à des musiques cosmiques que le duo KTL aurait revisitées pour un ballet de Gisèle Vienne (Pumping Geometries, In High Places). Non que vous vous surprendrez à sautiller gaiement en prenant votre douche mais le plaisir coupable de se replonger dans les heures anciennes des musiques inspirées par Xenakis n’a guère de prix.

Un disque : Lorenzo SenniDunno (Presto!?)

13/03/2011

Angelicá Castelló – Bestario

angelicacastello-bestario.jpgAu-delà d’un douteux premier morceau, Bestario de la Mexicaine aus Wien Angelicá Castelló est à conseiller sans autres réserves. La suite sur le Grisli.

Un disque : Angelicá CastellóBestario (Mosz)

12/03/2011

Esben And The Witch – Violet Cries

Esben-and-the-Witch-Violet-Cries.jpg Un trio à Brighton, ça vous dit ? Non, petit fripounet, pas une aventure horizontale en triangle, ponctuée de cris stridents, juste la découverte d’Esben And The Witch (au nom inspiré par un conte de fées danois), trois jeunes gens du cru dont le premier effort vient de prendre (bonne) place dans la discothèque de votre serviteur. Tout avait démarré d’étrange façon, pourtant, quatre minutes durant. L’objet du – bref – délit ? Quelques arpèges de guitare façon Cure, ou même (euh) Indochine, plantés sur un drone doom débouchant sur des échos sonores à la Cocteau Twins vs Mono (et ça préjugeait déjà du meilleur à suivre). Inutile d’en faire des tonnes, la suite est d’un acabit totalement valorisant. Construisant des châteaux rêveurs dans une terre fertile – et gothique – habitée par Bat For Lashes, Midaircondo et Warpaint, les deux garçons et la fille de la South Coast refusent obstinément de s’emprisonner dans un genre rose bonbon à la mords-moi la rondelle. Même si certains détails vocaux de la demoiselle au micro dévoilent certains défauts, dont un haut du spectre qui s’étouffe rapidement, on demeure le plus souvent accrochés à leurs compositions, ancrées dans un romantisme sombre qui convoque les envols romantiques de Sol Seppy, voire les ressorts dramatiques de Shannon Wright. Ainsi que, c’est une évidence, la corbeau attitude des Sisters of Mercy, replacées dans un contexte épris de jeunes femmes au bord de la crise de nerfs.

Un disque : Esben And The WitchViolet Cries (Matador Records)


Read full review of Violet Cries - Esben and the Witch on Boomkat.com ©