21/01/2013

Eloïse Decazes & Eric Chenaux – s/t

 

decazeschenaux.jpgAuteure du sensationnnel Feu La Figure, LE disque en français de l’année 2012, sous les traits d’Arlt, dont elle forme un tiers (aux côtés de Sing Sing et Mocke), Eloïse Decazes n’a pas fini de nous éblouir – qui s’en plaindra ? Rejointe sur le label bruxellois Okraïna – dont il s’agit du baptême du feu – par le guitariste canadien Eric Chenaux (dont l’austère beauté trouve habituellement refuge chez Constellation), la chanteuse française invite, ô bonheur intime, à un parcours au fil du temps fascinant, et tant pis si le terme est galvaudé.

Entre chansons traditionnelles françaises, revisitées d’une maîtresse façon qui relie Sybille Baier à Josephine Foster, reprises de morceaux plus récents (dont l’a cappella On N’est Pas Des Arbres d’Areski) et improvisations à l’archet sur la guitare de Chenaux, le duo franco-canadien vogue entre passé lointain et modernité mélancolique. Heureusement très éloignés de la moindre tentative de formolisation avariée, les deux comparses gardent tout au long des huit titres un cap où les notions de beauté et de sublimation conservent un sens proche du divin triste.

 

Un LP : Eloïse Decazes & Eric Chenaux s/t (Okraïna)

Les commentaires sont fermés.