21/08/2008

Renderizors – Submarine

renderizors-submarineComplaintes psychédéliques, traversées de spectres fantomatiques ou douleur contenue, Maryrose Crook – chanteuse des Renderizors – fourbit ses armes en cousine vocale de Beth GibbonsLa suite sur  Octopus, drones psychés included.

 

En écoute sur LastFM 

Un disque : Renderizors Submarine (Last Visible Dog Records)

Tom Recchion ou l'art de ne rien faire

TomRecchion–SweetlyDoingNothingLa réédition des incontournables, splendides, magnifiques – ça suffit, ou vous en voulez encore ? – quatre albums de Gas à peine digérée, le temps est venu de revenir sur Sweetly Doing Nothing, dernière œuvre en date du Californien Tom Recchion et première sortie officielle (en 2006) du label Schoolmap Records de l’essentiel Giuseppe Ielasi. Car il n’est jamais trop tard pour rattraper le temps perdu dans une tonalité pop ambient où l’ombre de Murcof le dispute à György Ligeti.

 

En écoute sur LastFM

Un disque : Tom Recchion Sweetly Doing Nothing (Schoolmap Records)

20/08/2008

Duncan O Ceallaigh – Ecclesia Semper Reformanda

duncanoceallaigh-ecclesiasemperreformandaEtrange personnage que ce Duncan O Ceallaigh, qui voue un culte autant à Martin Luther (comme son titre l’indique, l’album est inspiré de son manifeste pour une église en constante réformation) qu’à Arvo Pärt (cfr. le nom de son label). Ajoutez-y des origines irlando-écossaises (l’homme fit même partie de plusieurs groupes dublinois indés dans les années 1990), une résidence sur la côte baltique allemande et un changement d’attitude à 180° (du post rock à l’ambient, en gros) et vous aurez une petite idée de l’idiosyncrasie du bonhomme. Musicalement, les quatre titres de ce mini-disque trois pouces frisent tantôt l’exceptionnel (l’ouverture Ecclesia Semper Reformanda, loin de tout pompiérisme ecclésiastique explore par de simples boucles mélodiques une réflexion électronique apaisée dont émerge une beauté quasi-charnelle, et ses huit minutes sont magnifiquement prenantes) alors que le final Perpetuum Mobile développe en toute intimité digitale des drones subtilement ornés), tantôt le très bon (la brève pulsation Spatial). Nul besoin, vous l’avez compris, de maîtriser les arcanes théologiques de la religion protestante dans toute sa complexité, tant cette première sortie du label Parvoart impose sa présence – déjà notoire – en compagnie des maisons 12K ou Room40. 

 

En écoute sur LastFM

Un disque : Duncan O Ceallaigh – Ecclesia Semper Reformanda CD 3’’ (Parvoart)

Les Motorpsycho, plein pot!

Motorpsycho–LittleLucidMomentsIl suffit de peu de choses pour pimenter une journée banale. Prenez Little Lucid Moments, énième album – on ne les compte plus – des Norvégiens de Motorpsycho. Écoutez ce dynamisme motorique des meilleures années du krautrock, secouez la doudoune au son de ces guitares psychédéliques toutes flèches progressives dehors et au passage, achetez un billet de non-retour pour Trondheim, patrie des toujours vitupérants Bent Saether et Hans Magnus Ryan. Timides en phase de contrition, s’abstenir.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Motorpsycho – Little Lucid Moments (Rune Grammofon)

19/08/2008

Moses Campbell (Moses who?)

mosescampbellDécouvrir un groupe qui s’appelle Moses Campbell un 15 août, le jour de la fête de Marie, c’est à rendre bigot le plus acharné des bouffeurs de curé. Surtout s’il idolâtre tous les Nick Drake et Elliott Smith de la terre, en version l'anti folk meets Katamine.

 

En écoute sur MySpace

Pas de disque à l’horizon (hélas !)

18/08/2008

Alina Simone – Placelessness

alinasimone-placelessnessAttendue comme la relève de Shannon Wright, Alina Simone va-t-elle s’égarer dans le maquis de Dolores O’Riordan (Cranberries) ? Le doute est permis sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alina Simone Placelessness (Travelling Music)

Quantec – Unusual Signals

Quantec–UnusualSignalsSven Schienhammer, l’Allemand Quantec s’est taillé une jolie petite réputation chez les amateurs de dub techno, grâce à plusieurs plaques pas bégueules du tout. A l’écoute de son premier album, la (relative) hype est on ne peut plus justifiée. Trempées dans une encre bien noire, ses basses plongent le dancefloor dans un état second d’hébètement neurotoxique, notamment sur l’inaugural Aminata Muscaria, complètement fascinant de démesure hypnotique. Pas teuton pour rien, le producteur de Düsseldorf orne également plusieurs de ses tracks de beats minimal techno – du genre de ceux qu’Ellen Allien cultive en secret – et d’une manière globale, sa science de la construction des morceaux emporte pleinement notre adhésion.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Quantec Unusual Signals (Echocord / Kompakt)

15/08/2008

Guisberg – Love Spray, Yes?

guisberg-lovesprayyesLe label strasbourgeois Herzfeld est bien vivant, sa nouvelle fournée Guisberg aussi. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Guisberg Love Spray, Yes? (Herzfeld)

Abe Vigoda secoue le squelette

AbeVigoda–SkeletonLa scène rock de Los Angeles est-elle en train de mettre la pâtée à son homologue new-yorkaise ? Les Sonic Youth en voie d’encroûtement – les Lokerse Feesten l’ont hélas démontré – et les Animal Collective en crise d’inspiration (provisoire, espérons-le), tout un tas de groupes habitués de la salle de concerts The Smell pointe peu à peu le bout de son nez. Dans la bande, les punk rockeurs de Abe Vigoda sortent – et pas qu’un peu – du lot. Des percus flamboyantes dignes de Panda Bear & co, des guitares qui présentent Liars au mouvement tropicalia et par-dessus tout, le chant halluciné de Juan Velazquez fécondent une terrrrrrible envie d’en savoir plus, à commencer par un troisième album Skeleton en pole position du moment.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Abe Vigoda – Skeleton

Abe Vigoda – Dead City/Waste Wilderness

Un disque : Abe Vigoda Skeleton (Post Present Medium)

14/08/2008

Apparat – Things To Be Frickled

apparat-thingstobefrickledArtiste majeur de la scène électronique, formidable machine à danser lorsqu’il est aux manettes (ceux présents un soir de 2006 au Beurs s’en souviennent encore), Sascha Ring aka Apparat avait attaqué l’an dernier le versant le plus dance de la pop, ça nous avait valu l’an dernier le redoutable Walls. Composé de deux disques, le présent opus évolue en miroir entre le producteur et toute une clique d’amis électroniciens, dont quelques fameux représentants de leur caste (Nathan Fake, Paul Kalkbrenner, Lusine, Thomas Fehlmann, usw.). Sur le premier cd, ce sont les amis de M. Ring qui passent sous les doigts (ou plutôt la console) remixeurs du meilleur ami d’Ellen Allien, qui vient d’ailleurs donner un coup de main sur l’incroyable Queer Fellow de Paul Kalkbrenner. Logiquement, le second volume voit les toujours étonnants Modeselektor (qui renvoient le très dancefloor Holdon au fond d’une grotte digitalisée) et autres Boys Noize rendre la pareille, pour des remixes d’un enthousiasme variable, bien que convaincant. Un bel exercice de name dropping, qui plus est.

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Paul Kalkbrenner – Queer Fellow (Ellen Allien & Apparat remix)

Un disque : Apparat – Things To Be Frickled (Shitkatapult)