05/08/2008

The Hold Steady – Stay Positive

TheHoldSteady-StayPositiveBonne nouvelle pour les fans du E Street Band de 1975 – et de Classic 21, par la même occasion – des rockeurs américains ont encore les couilles de faire du rock... couillu, qui prend le calebut pour ne plus le lâcher. Reste que le chanteur Craig Finn (ex-Lifter Puller) ne soutient pas toujours la comparaison vocale avec le Boss Bruce Springsteen, bien que son chant d’une virilité complètement assumée lui vaudra sans doute bien des éloges du côté de Marc Ysaye et Jacques de Pierpont.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via Can You See The Sunset): The Hold Steady – Sequestered In Memphis

The Hold Steady – Slapped Actress

Un disque : The Hold Steady Stay Positive (Rough Trade)

03/08/2008

Depth Affect – Hero Crisis

depthaffect-herocrisisDeuxième essai du duo nantais Depth Affect, aka David Bideau & Rémy Charrier, Hero Crisis exhorte les sirènes hip hop du premier album Arche-Lymb, à la confrontation click’n cuts / pop. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Audio Drums): Depth Affect – Junior International

Un disque : Depth Affect – Hero Crisis (Autres Directions In Music)

Perrine Joveniaux - Ma Mère (CitySonics 2008)

perrinejoveniaux-mamereLe sein de Ma Mère, doux et moelleux, incite l‘auditeur à venir prendre place tout contre lui. Par contraste, Perrine Joveniaux imagine une bande sonore retraçant la chute d’un couple après la naissance de leur enfant, dont le faible volume renforce paradoxalement le sentiment d’irrémédiable séparation. On reste circonspect.

02/08/2008

Playlist # 1


01/08/2008

Hasegawa-Shizuo, fêlés des tympans

Hasegawa-Shizuo - I Know A Chord Buried Into The Ground And A Tongue On A CloudC’est le genre de musique – de désordre sonore, pour être plus précis – complètement tapée des nervures, totalement fêlée des tympans. C’est aussi le type de projet halluciné de délires psychédéliques noisy à faire passer Yellow Swans pour les B-52s et c’est tout dire de la délirante perversité bruitiste – terriblement prenante – du duo japonais Shizuo Uchida - Hirotomo Hasegawa, alias Hasegawa-Shizuo. Un gros coup de bambou dans les couilles de Keiji Haino.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Hasegawa-ShizuoI Know A Chord Buried Into The Ground And A Tongue On A Cloud (Haang Niap Records)

Eddie Ladoire - Mademoiselle Vous Allez Terriblement Me Manquer (CitySonics 2008)

EddieLadoire-MademoisellePlongée dans les failles d’un couple au bord de la rupture, Mademoiselle Vous Allez Terriblement Me Manquer d’Eddie Ladoire revisite – en mode décomposé et aléatoire – l’univers du Hörspiel. Le lieu (une cour perdue dans les sous-sols de la Faculté Polytechnique de Mons) ajoute encore au mal-être des deux personnages. Le texte de Patrick Bouvet aussi, et même surtout.

John Baker, musicien radiophonique

JohnBakerTapes1Le monde merveilleux des musiques électroniques aurait eu un tout autre visage sans le BBC Radiophonic Workshop. Inutile de longuement s’épancher sur le cas fondamental de Delia Derbyshire, maintes fois évoquée en ces pages, le moment étant plutôt venu de rendre l’hommage qu’il mérite au grand John Baker, principalement connu pour être l’auteur des effets spéciaux de la série de science-fiction Doctor Who. Véritable pionnier d’un genre mêlant jingles radiophoniques et génériques télévisuels, le musicien britannique, décédé en 1997, se voit ainsi offrir un hommage posthume complètement prenant, tout en demeurant d’une accessibilité évidente pour tout passionné des Silver Apples et autres Autechre. Le tout en deux volumes, remplis d’inédits discographiques. Yeeha !

 

En écoute sur Boomkat

Deux disques : John Baker – The John Baker Tapes Vol. 1 & 2 (Trunk Records)

31/07/2008

Osborne – s/t

osborne-osborneIl a tout pour agacer, le sieur Osborn(e), Todd de son prénom. Il a une belle gueule, il sait piloter un avion et il parle japonais. Comme si ça ne suffisait pas, il nous pond un premier album d’une fraîcheur électronique qui rendrait le moindre synthé plus humain que l’immonde David Guetta (qui lui ferait mieux de la fermer, sa gueule). Bourré de tubes dancefloor complètement imparables (dont le magnifique Downtown, à rendre jaloux Apparat), le disque parvient à rendre complètement modernes des ingrédients pêchés dans les multiples courants des musiques électroniques de ces vingt-cinq dernières années, c’est autant surprenant que réussi. C’est que d’une aisance mélodique déconcertante, le producteur américain se permet le luxe de présenter The Album Leaf à Modeselektor, quand ce n’est pas Ricardo Villalobos qui vient draguer Cobblestone Jazz. Personne n’étant parfait, nous lui pardonnerons l’énorme faute de goût Ruling, sorte de dégueulis frenchie à la Martin Solveig, pour mieux remuer les fesses sur tout ce que la terre compte de rythmes dansants. Et se dire qu’être Todd Osborn, ça doit être cool pour draguer.

 

Un mp3 : Osborne – Outta Sight

Un disque : Osborne – s/t (Spectral Sound / Ghostly International)

Valérie Cordy & Marc Doutrepont - Rock Around The Clock, 12 Lieux, 12 Heures, 12 Minutes (CitySonics 2008)

cordydoutrepont-rockaroundtheclockMétabolisme du temps précieux, tel aurait pu être le sous-titre de Rock Around The Clock, 12 Lieux, 12 Heures, 12 Minutes de Valérie Cordy & Marc Doutrepont . Comme son nom l’indique, des prises de son ont été réalisées en douze lieux, dont cinq secondes sont prélevées à chaque heure. De cette manière, une photographie sonore d’une minute est réalisée, passant d’un carillon à des bribes de conversation, du vol d’une mouche à un coup de klaxon. Ludique et (im)pertinente dans sa redécouverte des mille et un bruits de notre quotidien, l’œuvre des artistes belges révise de fond en comble les variantes sonores de nos cadres familiers. Qui n’ont jamais été autant passionnants.

30/07/2008

The Doubtful Guest – Acid Sauna

thedoubtfulguest-acidsaunaEffrayante – tout en étant d’une redoutable efficacité dancefloor – les vibes ultra-sombres de Libby Floyd aka The Doubtful Guest empruntent, de très belle manière, aux nombreux courants ayant traversé les musiques dansantes de ces vingt dernières années. Entre new beat, acid house, techno tropicalia, dubstep, drum’n bass et techno de Detroit, les rythmes fracassants de la DJ et productrice londonienne doivent autant à la scène belge du tournant des années 1990 qu’au rave parties du nord industriel des States, sans pour autant négliger les sons actuels de la capitale britannique, dont des basses absolument monstrueuses de noirceur hypnotique. Tout en ne négligeant pas la part de sarcasme – voire de cynisme – dans sa musique (les échos de jazz sur Tubby, rappel de son statut de petite-fille du pianiste J.B. Floyd – l’ancienne résidente de Chicago développe des idées certes parfois loufoques (ce rap de boulevard sur Drunky) qui sont aussi le témoignage d’un esprit complètement attentif aux rythmes syncopés de la nuit noire. Enfin de bonnes raisons de ressortir le fameux cri Aciiiid, avalanche de BPM en sus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : The Doubtful Guest Acid Sauna (Planet Mu)