22/07/2008

Preston Ari Swirnoff – Maariv

prestonswirnoff-maarivSous-titré Four Pieces of Electroacoustic Music, le présent album de Preston (Ari) Swirnoff est une collection d'œuvres électroacoustiques enregistrées dans le studio de son auteur entre 2004 et 2005. Collaborateur du passionnant Ilya Monosov dans le groupe rock The Shining Path et producteur de dub analogique sous le nickname de Habitat Sound System, le musicien de San Diego aime citer La Monte Young et György Ligeti parmi ses influences. Evidentes tout en étant transcendées par une inspiration jamais prise en défaut de Charlemagne Palestine, les racines de sa musique débordent d'une vitalité d'un psychédélisme pratiquement morbide, tellement fascinant qu'on se prend à se rêver prisonnier des cordes du piano malmené par l'électronique de Maariv 1. Le second des quatre morceaux (Maariv 2) traverse l'esprit du célèbre compositeur hongrois, mais aussi les drones de la grande Eliane Radigue, qu'on imaginerait volontiers malmener les orgues dans une relecture de 2001 Odyssée de l'Espace. L’avant-dernier titres rabibochera carrément les tenants d'une guitare jouée par des fées clochettes, direction la voûte céleste (Maariv 3), bien que l'ultime Maariv 4 trébuche quelque peu sur les quatre enregistreurs à cassettes censés lui donner du grain. Trois morceaux superbes, néanmoins, ça nous fait du 75% de réussite et une mention très bien.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Preston Ari Swirnoff – Maariv (Last Visible Dog Records)

Ramuntcho Matta - The Cat Inside (CitySonics 2008)

RamuntchoMatta-thecatinsidePremière des deux oeuvres de Ramuntcho Matta présentées en cette édition 2008, The Cat Inside ne fonctionnait malheureusement qu’à moitié le jour de notre passage. Difficile dès lors de pleinement apprécier des archives sonores où William S. Burroughs dialogue en virtuel sur la révolution électronique et les techniques d’écritures. Retenons-en simplement le leitmotiv: We destroy to create, we create to destroy.

The Lexie Mountain Boys

thelexiemountainboys-sacredvacationAu même titre que Yasmina Khadra est un homme, The Lexie Mountain Boys sont cinq filles, originaires de Baltimore. Leur premier album Sacred Vacation est le fruit de trois ans de tournée(s) à présenter un spectacle exclusivement vocal, à la croisée des chemins d’Animal Collective et de Maja Ratkje, de Luciano Berio et de Joan La Barbara. Très physique tout en demeurant – étonnamment – très fun, leur théâtre chanté passe brillamment le passage de la scène au disque. Et ce n’était pas évident au départ.

 

En écoute (+ mp3) sur MySpace

Un disque : The Lexie Mountain Boys Sacred Vacation (Carpark Records)

 

21/07/2008

Arnaud Paquotte - Nocturnes Electriques (CitySonics 2008)

arnaudpaquotte-lesnocturneselectriquesLes Nocturnes Electriques d’Arnaud Paquotte sont une plongée dans l’obscurité blafarde des machines, incapables de faire autre chose que l’objet de leur existence. Placée dans le genre de lieu borderline où l’on verrait bien jouer les Einstürzende Neubauten, l’installation du plasticien bruxellois (mais né à Nancy) évoque stupeurs et tremblements au pays d’Icare et de Sisyphe, toutes taxes comprises.

The Zutons – You Can Do Anything

thezutons-youcandoanythingTrès bien garni depuis la reprise de leur Valerie par Mark Ranson ft. Amy Winehouse (tube planétaire, forcément), le compte en banque des Zutons peut voir venir pour quelques années. S’il n’est pas sûr que les recettes de leur troisième album feront sauter leur banquier de joie, les mélomanes ne risquent pas de crier au génie non plus. Entre rock poussif (dire qu’ils furent un jour comparés aux Libertines) et ballades mielleuses, le chanteur Dave McCabe se plait à beugler ‘I don’t get what your problem is’. Bah, sans vouloir nous vanter, nous avons une petite idée. Le niveau des chansons, peut-être?

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via Carl Sandburg Visits Me In A Dream): The Zutons – You Could Make The Four Walls Cry

The Zutons – What’s Your Problem

Un disque : The Zutons You Can Do Anything (Deltasonic Records)

20/07/2008

Lavender Hill (feat. Pierre Bastien) - Strange Boutique (CitySonics 2008)

LavenderHill-StrangeBoutiqueComplètement captivant bien que d’une noirceur soulignée à l’encre de Chine, Strange Boutique du collectif audio-visuel Lavender Hill (feat. Pierre Bastien) serpente au beau milieu des souvenirs douloureux qui ne nous font rien oublier, à commencer par nos propres souffrances. Absolument en phase avec le film, la musique se fait jazz par le truchement d’une trompette en sourdine, écho d’Erik Truffaz en plein trip métaphysique. C’est alors que des corps furtifs, comme échappés de chez David Lynch, narrent l’histoire d’une déportée d’Auschwitz regardant le sang couler du bras qu’elle s’est elle-même tranchée.

19/07/2008

Mount Eerie, Julie Doiron, Fred Squire

mounteerie-lostwisdomTelle une marée fragile, le parcours de la toujours subtile Julie Doiron ne cesse de nous revenir, à fleur de peau. A l’aube de sa saison 2008 – 2009, la Canadienne est de retour sur Lost Wisdom, nouvel album des presque cultes Mount Eerie, aux côtés de Phil Elverum (frontman de Mt. E) et Fred Squire. Rendez-vous le 8 octobre pour le disque et tout de suite pour son premier extrait. Là, en bas.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Mount Eerie (w/ Julie Doiron & Fred Squire) – Flaming Home

Un disque à venir : Mount Eerie (w/ Julie Doiron & Fred Squire) Lost Wisdom (P.W. Elverum & Sun)

18/07/2008

The Terminals – Touch

theterminals-touchLe présent disque le prouve à son corps défendant, l’histoire de la musique pop est remplie d’injustices flagrantes. Récemment, nous vous narrions notre passion, jamais démentie, pour le grand Thierry Müller, dont les œuvres radicales et incantatoires continuent de hanter nos jours et de stimuler nos nuits. Les Néo-Zélandais de The Terminals n’ont pas dû attendre plus de vingt ans avant d’être réédités (il s’agit ici d’une réédition de leur album de 1993 Touch), ils sont en plus la chance de continuer trajectoire aujourd’hui (Last Days Of The Sun, LVD, 2007) placée dès le départ sous le signe du Velvet Underground et de leur jeu de guitares tellement identifiable. Parfois (Mr Clean), on songe aussi aux tout débuts des Pink Floyd, quand la folie de Syd Barrett emportait tout sur son passage et que, ravagée à grands coups de LSD, elle ne donne le tentaculaire The Piper At The Gates Of Dawn. Bien que le chant de Stephen Cogle ne soutienne pas toujours la comparaison avec ses illustres prédécesseurs, les arrangements – psychédéliques et défoncés à souhait – rehaussent de leur chaleur presque paranoïaque (ah, ces synthés analogiques !) des guitares au taux d’acidité redoutable, entre Rolling Stones façon Paint It, Black et Sonic Youth modèle 1981. Et comme de sagesse, nulle question, pourquoi se priver ?

 

En écoute sur LastFM

Un disque : The Terminals – Touch (Last Visible Dog Records)

Iancu Dimitrescu - Oiseaux Et Insectes dans Le Jardin De Messiaen (CitySonics 2008)

iancu_oiseauxetinsectesCréation du Roumain Iancu Dimitrescu, fondateur de l’Ensemble Hyperion, Oiseaux Et Insectes dans Le Jardin De Messiaen incite à la visite hallucinée de l’univers du compositeur du Quatuor Pour La Fin Du Temps. Entre cousins des chamanes tibétains et bêlements de moutons, pour ne citer que deux exemples, Dimitrescu réinvente Messiaen à l’aune du Ghost Sonata de Tuxedomoon et démontre de brillante façon que la musique spectrale est la digne héritière de la musique concrète.

16/07/2008

Josephine Foster, encore

josephinefoster-thiscominggladnessLa rumeur le prétend, le nouveau Josephine Foster s’inscrit davantage dans la foulée des ses travaux avec Born Heller et The Supposed. De toute façon à mille lieues du toujours aussi culotté A Wolf In Sheep's Clothing – rappelez-vous, cet incroyable albums de reprises acid folk de lieder allemands – sans toutefois concéder la moindre parcelle d’une totale (lisez phénoménale) intégrité artistique, les quatre extraits en ligne démontrent que la splendeur vocale de la miss reste intacte.

 

En écoute sur MySpace

Quatre mp3 : Josephine Foster – The Garden of Earthly Delights

Josephine Foster – I Love You & the Springtime Blues

Josephine Foster – Waltz of Green

Josephine Foster – Indelible Rainbows

Un disque : Josephine Foster This Coming Gladness (Bo’Weavil Recordings)