08/06/2008

Le Tetsuo

letetsuo-yourelbowRésumons donc. Les Klaxons ? Juste une bande de Mika croyant reprendre To Hell With Poverty. Le dernier Hot Chip ? Un gros coin coin pour lecteurs de Victoire qui fait plouf là où un an plus tôt, les Von Südenfed cassaient la baraque à putes The Teenagers (ceux là, on dirait carrément des Pet Shop Boys de La Rochelle reprenant New Order). Console-toi, bonhomme, quand tu écouteras Le Tetsuo, et son disco punk déchaîné sur du Phallus Über Alles, tout sera bien vite oublié. Nom d’un Georges Leningrad.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Le Tetsuo – Your Elbow EP (Parlour Records)

 

En clip : Le Tetsuo – Your Elbow

 

07/06/2008

Sic Alps renverse les montagnes

sicalps-alongwayaroundAu milieu de toute cette logorrhée de disques parait-il rock (rires, sarcasmes, roulades), le rock garage des Sic Alps sonne telle une vraie respiration, quelque part du côté des MC5 (pour la démarche cracra), du Velvet Underground (pour la pop psyché), mais aussi des Two Gallants (pour la relecture irrespectueuse du passé). Et si vous avez raté Pleasures And Treasures, le premier effort du duo / trio – c’est variable comme c’est instable – de Bay Area, la compilation de singles et EPs A Long Way Around To A Shortcut offre une splendide occasion de prendre le train avant qu’il n’atteigne sa vitesse de croisière.

 

En écoute ici

Deux mp3 : Sic AlpsBrill Buildings

Sic AlpsSpeeds

Un disque : Sic Alps A Long Way Around To A Shortcut (Animal Disguise)

 

En clip : Sic Alps Bells (w/ Tremolo and Distortion)

 

05/06/2008

Yoshio Machida – Hypernatural #3

yoshiomachida-hypernatural3Nouvelle – très – bonne sortie du label Baskaru (GoGooo), Hypernatural #3 du compositeur japonais Yoshio Machida vient conclure une trilogie exemplaire. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur le label

Un disque : Yoshio Machida Hypernatural #3 (Baskaru)

Bersarin Quartett

bersarinquartettFaux quatuor puisqu’il est le fait d’un seul homme, l’Allemand Thomas B, le Bersarin Quartett s’inscrit en toute beauté dans la lignée electronica néo-classique des Julien Néto et Ryan Teague. Parfois – rarement même – soutenue par quelques beats opérant sur des boucles issues de Philip Glass ou des Stars of the Lid, sa musique parlera aux cœurs vibrant à l’unisson de Marsen Jules et Marcus Fjellström, pour ne citer que ces quelques noms. Importants, voire essentiels. En écoute sur MySpaceUn disque : Bersarin Quartett  s/t (Lidar)

02/06/2008

Madrugada – s/t

madrugada-stGroupe culte en Scandinavie, où ses quatre premiers albums se sont vendus comme des bouteilles d’Aquavit (sans même parler du Live de 2005, un véritable triomphe), Madrugada ne change pas fondamentalement la donne de son rock sombre pour ce cinquième opus éponyme, dont la rumeur indique qu’il pourrait être le dernier en raison du décès du guitariste Robert S. Burås. Adeptes de chansons tourmentées à la violence contenue, le combo norvégien ne risque toutefois pas de réveiller les nostalgiques des fondamentaux 16 Horsepower, dont l’impeccable discographie ne fait que renforcer l’aspect pataud de Sivert Høyem et ses potes. Chant digne d’une congrégation de supporters de Molde, soli de guitare démonstratifs pour fans de hard rock nordique ou paroles insignifiantes en regard des textes habités de David Eugene Edwards (que ce soit pour 16 HP ou Woven Hand), cette musique n’intéressera que les romantiques aux gros biscotos qui ont viré leur cuti des Hells Angels. Tant pis pour Robert.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Madrugada s/t (EMI)

23:35 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madrugada, rock, critique, emi |  Facebook |

Shit And Shine monte encore le son

shitandshine-kuessmichmeineliebePhysique à en donner le torticolis (car située à deux extrémités de la salle de concert), l’expérience live Shit And Shine (version 2007) adoubait de ses percussions obsédantes un plaisir certain de la jouissance percussive. Toujours aussi abreuvée d’une folie très Boredoms, le cru juin 2008 – le nouvel album Küss Mich, Meine Liebe – s’adjoint d’un déluge de décibels guitaristiques à rendre jaloux les Acid Mothers Temple et Dub Trio réunis. Et fait définitivement passer les Battles pour une bande de boy scouts en colo à Douarnenez. Les pas encore convaincus mettront le son à fond avant de visionner le live enregistré aux Corsica Studios londoniens le mois dernier.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Shit And Shine – Biggest Cock In Christendom

Shit And Shine – The Side Of The Road

Un disque : Shit And Shine Küss Mich, Meine Liebe (Load Records)

 

01/06/2008

Essie Jain dans l'intervalle

essiejain-inbetweenA peine quelques mois nous séparent de la découverte du premier effort de la folkeuse new-yorkaise (mais originaire de Londres) Essie Jain que déjà pointe le bout du nez de son successeur In Between. Toujours quelque part entre Sandy Denny et Nina Nastasia, le côté pop en prime…

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Essie Jain – You

Essie Jain – Eavesdrop

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

31/05/2008

Lukas Simonis & Takayuki Kawabata – NEWS

simoniskawabata-newsA l’écoute de NEWS, collaboration du compositeur néerlandais Lukas Simonis et du poète Takayuki Kawabata, ce sont des fantasmes musicaux de musique concrète européenne – Pierre Bastien, pour ne pas le citer, d’electronica nipponne – Tujiko Noriko, par exemple, et bien sûr de Luciano Berio qui surgissent à l’horizon. Sans oublier la violoncelliste Kumi Kondo, à l’origine des pièces pour violoncelle et voix, destinées à l’origine pour son examen au Conservatoire de Rotterdam en 2004 et présentes sur un disque absolument unique en son genre.

 

Le regard de Jean-Claude Gevrey sur Octopus

En écoute sur CD Baby

Un mp3 : Lukas Simonis & Takayuki Kawabata – News

Un disque : Lukas Simonis & Takayuki Kawabata NEWS (Z6 Records)

30/05/2008

Sian Alice Group – 59.59

sianalicegroup-5959Voix féminine du genre haut perché, la Sian de ce groupe anglais répond au doux nom de Sian Ahearn, pour un timbre aux horizons voilés tels que déjà dépeints par Wendy Stubbs (Alpha). Douce aussi est la musique de l'introductif As The Morning Light, et ses arpèges de guitare rêveurs d'un frais matin de printemps. Par contraste, rude est la transition vers Way Down To Heaven, ses accords plaqués en mémoire du Velvet (non, pas celui du Revolver) et ses nuages chargés d'inquiétude quasi-sixteenhorsepowerienne. Lento dans bien des cas, la musique des deux multi-instrumentistes Ben Crook et Rupert Clervaux fait bien sûr songer à la mansuétude désincarnée de Low, revisitée par Elizabeth Frazer (Cocteau Twins) dans un manoir fantôme aux spectres louangeurs et aux divinités fugaces. C'est que profondément avare en optimisme; '59.59' tangue tout au long de sa durée – que vous aurez devinée – d'étirements phobiques d'une clarté grisonnante prise au piège d'une nature en plein réveil à l'écoute d'un piano sous hypnose Shannon Wright (Days of Grace III), tout en ressassant des références indispensables comme elles sont voyantes.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3: Sian Alice Group – Way Down To Heaven

Un disque : Sian Alice Group – 59.59 (The Social Registry / Secretly Canadian)

 

En clip : Sian Alice Group – Way Down To Heaven (Live at TSR Festival)

 

Wire, five years later

wire-object47Un récent concert au Stuk l'a prouvé avec un aplomb qu'on peut qualifier de certain, les vétérans de Wire sont toujours en pleine forme. De retour pour un onzième album, forcément attendu, les ex-post punks de Colin Newman déroulent en toute quiétude pop un premier single (One of Us) d'une surprenante rondeur estivale. Postée au premier rang, la complice de toujours (et compagne) Malka Spigel (Minimal Compact, et partenaire de Newman dans Githead) doit sans doute partager cet avis. Subjectif.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Wire – One of Us

Un disque : Wire Object 47 (Pink Flag)

 

13:14 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wire, colin newman, mp3, preview, rock, pop, pink flag |  Facebook |